NOUS PAYSANS, collection documentaire

13 films intimistes et touchants
Mercredi 3 mars à partir de 23.20 dans "La France en vrai"

 

COLLECTION DOCUMENTAIRE

NOUS PAYSANS

Mercredi 3 mars à partir de 23.20 sur France 3

 


Face à la crise sanitaire, France 3 se mobilise au service du secteur de l’agriculture. 
 

Mercredi 3 mars, les antennes régionales de France 3 proposent une soirée documentaire exceptionnelle : Nous Paysans.

 

Mars 2020, les Français se ruent dans les commerces alimentaires. La peur de manquer liée au confinement replace le monde agricole au cœur de nos vies. Les circuits courts ont le vent en poupe. La France passe en un temps record de « l’agribashing » à « l’agriloving ».

 

Alors qu’une grande partie de l’activité économique tourne toujours au ralenti, les agriculteurs n’ont jamais cessé de travailler. Pour autant, la crise sanitaire ne les a pas épargnés : perte de débouchés, problèmes financiers, de main-d’œuvre, solitude ou isolement… ils font face eux aussi, depuis près d’un an, à une situation complexe et totalement inédite.

 

Avec la collection documentaire "NOUS PAYSANS", France 3 leur consacre une soirée exceptionnelle, avec 13 films de 52 minutes en diffusion simultanée sur les antennes régionales de France 3,  mercredi 3 mars à partir de 23h20. Une exposition d’un travail quotidien qu’ils effectuent le plus souvent dans l’ombre et la difficulté.

 

TRAIT

AU PROGRAMME :

 

 

Comme dans de nombreux secteurs, le numérique se développe en agriculture. Il permet de repenser le métier, étendre les compétences de l’agriculteur ou encore d’attirer de nouveaux profils. Mais si les technologies numériques ouvrent de nouvelles perspectives, elles peuvent parfois impactées durement le monde agricole. 

Agriculteurs 3.0

Réalisé par Étienne Crépin et Frédéric Schneider.
Produit par La Clairière Ouest.

 

Le numérique est-il la dernière innovation d'une agriculture qui en a connu beaucoup, ou une véritable révolution ? La moisson des datas pose la question du modèle agricole induit par la technologie, mais aussi celle de l'indépendance financière et matérielle des paysans.

En quelques années, sans que les consommateurs s'en aperçoivent, l'agriculture s'est mise à l'heure de la technologie, sous toutes ses formes. Côté vente, certains paysans trouvent de nouveaux débouchés pour leurs produits grâce à des plateformes de vente directe en ligne.

Côté production, drones, GPS et capteurs forment désormais les piliers d'une agriculture dite "de précision" soutenue par l'Etat. Au nom d'une rentabilité accrue, d'une amélioration de la qualité de vie des agriculteurs et de la transition écologique, les exploitations agricoles sont fortement incitées à investir dans ces nouveaux équipements. A travers le quotidien de différents agriculteurs, Dylan Pintaud, Laurent et Vincent Moinard, Romain et Justine Faroux, David Joulin et Gilles Van Kempen, vous découvirez leurs convictions et leurs interrogations quant à l'intérêt de ces nouveaux outils.

 

Diffusé vers 23.20 sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Provence-Alpes Côte d’Azur et vers 00.10 sur France 3 Paris Ile-de-France, Auvergne-Rhône-AlpesPays de la Loire, Hauts-de-France, Normandie

Agriculteurs sous tension, l’omerta française

Réalisé par Nathalie Barbe.
Produit par Bonobo Productions.

 

Élevages décimés, agriculteurs malades, mur du silence. Pour son documentaire Agriculteurs sous tension, la journaliste sarthoise Nathalie Barbe a enquêté sur les effets des champs électromagnétiques générés par les lignes à haute tension, les éoliennes et les antennes-relais dans les campagnes. Partout en France, et particulièrement dans l’Ouest, l’heure de la mobilisation a sonné.

Un agriculteur de la Manche a tout perdu : sa ferme, son métier, son argent. Ses vaches, toujours malades et stressées, ne produisaient plus de lait. Enquête inédite sur les dessous d’un scandale sanitaire et politique. Plus de trente ans de combat où l’on tente par tous les moyens de faire taire les agriculteurs qui dénoncent l’impact des rayonnements électromagnétiques sur leurs animaux.

 

Diffusé vers 23.20 sur France 3 Paris Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes

Agriculture 3.0 de Etienne Crépin et Frédéric Schneider

Serge Provost dans "Agriculteurs sous tension, l’omerta Française"

--------------------------------------

 

Une exploitation agricole, c’est l’œuvre de toute une vie. Un jour, il faut la transmettre en sachant que ce qui a été construit continuera de grandir. Mais tourner la page n’est pas toujours facile. Comment perpétuer un patrimoine familial ? Comment transmettre un savoir-faire, des valeurs ? Et que faire lorsque les enfants ne veulent pas reprendre l’affaire familiale ?

Les Fruits d’une vie

Réalisé par Fanny Cestier.
Produit par Les Petits Provinciaux.

 

Dans un an, Roger va prendre sa retraite. Il s'apprête à quitter l'exploitation arboricole qu'il mène depuis quarante ans et qu'il détient de son père. Il souhaiterait voir perdurer son verger et transmettre son savoir, mais il n'a pas de relève. Renonce-t-on vraiment un jour à céder un héritage à ses enfants ?

Partagé entre l'envie de tourner la page et l'inquiétude quant au devenir de son exploitation, Roger doit partir à la recherche de la personne idéale à qui confier ce patrimoine. Au fil des mois et jusqu’au dénouement, entre espoirs, déceptions et interrogations, le film suit Roger dans sa quête. Et dans le cheminement qui le conduira à accepter, enfin, que l’histoire de son exploitation continue sans lui…

 

Diffusé vers 00.10 sur France 3 Provence-Alpes Côte d’Azur

Passer la main

Réalisé par Bernard Mangiante.
Produit par Les Films d’Ici Méditerranée.

 

A l’heure de la retraite, difficile de se résoudre à passer la main et mettre l’exploitation en fermage tout en restant habiter sur place. Porté par deux personnages forts, à la fois paysans et philosophes, ce documentaire aborde sous un angle inédit la question universelle de la transmission.    

Louis et Emmanuelle sont nés dans des familles paysannes originaires d’Italie. Ils ont toujours voulu être agriculteurs. En 1981, après un détour par des études de philosophie, ils achètent des terres dans l’Aveyron, près de Rodez. Ils y bâtissent des granges, des étables, et enfin  - une fois que leurs chèvres et leurs vaches sont bien installées ! -  ils construisent leur propre maison, en autarcie totale : couper des arbres, fabriquer les planchers, monter les murs...  36 ans après, il n’est pas facile de se résoudre à passer la main. L’équation est complexe : où trouver un repreneur qui partage leur vision de l'agriculture ? Comment se détacher de l'œuvre d'une vie, aider le successeur tout en lui laissant son autonomie ?

 

Diffusé vers 23.20 sur France 3 Occitanie

Je ne veux pas être paysan

Réalisé par Tangui Le Cras.
Produit par Vivement Lundi !

 

Ce documentaire est le témoignage touchant de Tangui Le Cras, fils d’un éleveur de vaches laitières. Il parle de la dureté de la profession et interroge le choix de son père de rester attaché au travail de la ferme, à sa terre. Ce que lui a refusé. 

À 4 ans, Tangui l’annonçait fièrement, « Quand je serai grand, je serai moissonneuse batteuse ». Sur la ferme, il a tout appris. C’était son école.

A l’adolescence, il perçoit les obstacles du métier d’agriculteur et le plaisir s’étiole doucement. Les soucis s’enchaînent sur la ferme et il voit son père se courber. Cela ne l’empêchera pas de s’engager dans un bac agricole. Au lycée, l’internat et la distance finissent par lui plaire. À la fin de sa terminale, tout est dit : Tangui ne veut pas de cette vie dédiée au travail, il ne veut pas de la vie de ses parents. Il s’invente alors un nouveau parcours, dans la musique.

Hiver 2013. Tangui a 30 ans. Il visite ses parents et découvre que son père, l’homme robuste qu’il connaissait n’existe plus, qu’il a perdu la force physique qui le caractérisait. Pour lui, il se tue pour ce métier qui n’épargne pas, il s’acharne alors que son corps ne le suit plus. Cette pensée est insupportable, ce travail est insupportable, Tangui ne peut pas concevoir que ce soit un choix de vie. Mais cette colère revêt un regard partiel. Car, malgré toutes les difficultés accumulées, son père est toujours là. Il doit y avoir de l’amour dans ce choix de vie.


Diffusé vers 00.10 sur France 3 Corse

Les vaches n’auront plus de nom

Réalisé par Hubert Charuel.
Produit par Douk-douk Productions.

 

Comme un journal personnel, émouvant et drôle, Hubert Charuel nous partage les raisons qui l'ont poussé à ne pas reprendre la ferme laitière de ses parents, en témoignant du quotidien de l'exploitation, des transformations du métier, des liens avec le troupeau de vaches… Un bel hommage à ses racines, et à Germaine, la seule vache que sa mère, Sylvaine, a gardée de son ancien troupeau !

L'heure de la retraite a sonné pour Jean-Paul Charuel. Mais son épouse Sylvaine doit encore travailler trois ans. Seule pour s'occuper des 30 vaches allaitantes, c'est impossible. Alors petit à petit, ils vont laisser partir leurs vaches dans une ferme voisine. Leur fils Hubert, réalisateur du film Petit paysan, récompensé par trois Césars, filme avec tendresse ses parents dans cette période transitoire. 


Diffusé vers 00.10 sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Occitanie

Depuis les champs

Réalisé par Thomas Beaudre.
Produit par Production Hat Cap.

 

Sept familles d’agriculteurs racontent leur quotidien à partir des clichés argentiques qu’elles ont réalisés durant un an sur leur exploitation.

Originaire de la Mayenne, le réalisateur Thomas Baudre décide d’aller à la rencontre des agriculteurs de son département. Son but ? Remettre en question les images stéréotypées qui représentent trop souvent le monde agricole.

Il propose alors à sept familles d’agriculteurs de différentes communes de photographier leur quotidien sur leurs exploitations durant un an. C'est à travers leurs photographies et leur parole que nous découvrons les joies, les interrogations et les combats de ces femmes et de ces hommes lucides et passionnés. Le film nous invite à un voyage visuel et sonore entre photographies, prises de vues réelles, et animations, au fil des témoignages qui se dessinent.

 

Diffusé vers 00.10 sur France 3 Centre-Val de Loire

Le Dernier des laitiers

Réalisé par Mathurin Peschet. 
Produit par Mille et Une Films.

 

Amorcée à la fin des années 1960, la concentration des exploitations laitières dans le Finistère s’est emballée il y a trois ans avec la fin des quotas laitiers, qui a provoqué une crise sans précédent. Cet avenir est-il inéluctable ? Un réalisateur breton décide de mener l'enquête.

Et si en 2050, dans mon département, le Finistère, il ne restait plus qu’une poignée de producteurs de lait, à la tête de dizaines de milliers de vaches enfermées dans des bâtiments, seules avec des robots ? Le rythme actuel des disparitions de fermes conduit tout droit à l’extinction des laitiers tels qu’ils existent aujourd’hui.


Diffusé vers 23.20 sur France 3 Bretagne et vers 00.10 sur France 3 Nouvelle-Aquitaine

Tour de plaine

Réalisé par Jacques Bedel. 
Produit par Girelle Production
. 

 

Des blés à perte de vue… au loin la cathédrale de Chartres, entre deux silos à grains. Pas de chants d’oiseaux, mais une pulsation sourde qui accompagne tracteurs et moissonneuses. Ce battement, c’est le cœur de la lourde agro-industrie, qui imprime son rythme à la Beauce depuis un siècle.

Après un Master, et 4 prix du conservatoire, Julien, décide de revenir sur ses terres natales. Pour ce musicien trentenaire Loir-et-Chérien, rien ne va de soi malgré la transmission des terres familiales. Il n'a pas fait d'école d'agronomie, c'est son père qui lui apprend l'agriculture. Mais aujourd'hui, comment sortir du tout chimique, gérer l’endettement, choisir les espèces à semer, … et ne pas oublier de vivre ? Julien s'interroge, mais a-t-il vraiment le choix ? 

Le film exprime la diversité des pratiques à l’œuvre sur ce territoire et interroge l’avenir de l’agriculture. Quelle transmission du monde allons-nous laisser à nos enfants ?  


Diffusé vers 23.20 sur France 3 Centre-Val de Loire

Je ne veux pas être paysan © Tangui Le Cras

Les fruits d’une vie© Les petits provinciaux

Passer la main © Les Films d’Ici Méditerranée et les Films d’Ici

Les vaches n’auront plus de nom© Douk-douk Productions

Depuis les champs © Production Hat Cap

Le dernier des laitiers © Mille et Une Films

Tour de plaine © Girelle Production

--------------------------------------

 

Traditionnellement le monde agricole a longtemps été considéré, comme un milieu d’hommes. Aujourd’hui, un quart au moins des exploitations agricoles françaises sont tenues par des femmes*. Dans « Envers et contre tout, éleveuses » et « La part du rêve »,  les réalisateurs Jean-Pierre Valentin et Jean Froment sont allés à la rencontre de ces paysannes pour comprendre leur amour du bétail, saisir leurs espoirs mais également leurs difficultés face aux bouleversements du monde agricole.

Envers et contre tout, éleveuses

Réalisé par Jean-Pierre Valentin.
Produit par Supermouche Production

 

Dans les Hautes Vosges, des femmes amoureuses de leurs bêtes développent des élevages attentifs au bien-être animal et des circuits de transformation respectueux des consommateurs. Des conceptions nouvelles nées de l’intérêt pour un territoire, dans le but de pérenniser un métier, des paysages et une race. Un quart au moins des exploitations agricoles françaises sont tenues par des femmes. Le réalisateur a souhaité rencontrer ces paysannes, comprendre leur amour du bétail, saisir leurs espoirs, mais également leurs difficultés face aux bouleversements du monde agricole.

Suivi d’un Débadoc consacré à la place des femmes dans l’agriculture.

 

Diffusé vers 23.20 suivi du Débadoc vers 00.10 sur France 3 Grand-Est

La Part du rêve

Réalisé par Jean Froment.
Produit par Les Productions du Triton.

 

Il y a quelques années, Letizia, une jeune chevrière, décide de s'installer sur la terre de ses ancêtres. Malheureusement pour elle, sa bergerie se trouve sur le territoire de la Balagne, à la marge des lotissements, des résidences secondaires, des plages et de la saison estivale. 

Derrière ce portrait attachant perce le désir de vivre et de changer, peut-être pas le monde, mais du moins son quotidien pour se bâtir un « horizon de sens ».

 

Diffusé vers 23.00 sur France 3 Corse

Envers et contre tout, éleveuses © Supermouche Production

---------------------------
 

En cette période de crise sanitaire, l'approvisionnement alimentaire par les ressources locales n'a jamais autant été au cœur de nos priorités et les circuits courts, jamais autant été plébiscités. Dans son film « Manger est un acte agricole », Gilles Luneau nous montre comment des acteurs agroalimentaires se mobilisent pour nourrir le pays malgré les difficultés liées à la pandémie. Dans  « Les apprentis en herbe », Patrice Gérard a suivi pas à pas la conversion au bio de deux agriculteurs David et Xavier, reconnus par leurs pairs comme des modèles de l’agriculture productiviste.

Manger est un acte agricole

Réalisé par Gilles Luneau.
Produit par Flair Production.

 

Avec pour fil conducteur les interrogations et les initiatives d’une famille bordelaise, le film sillonne la région Nouvelle-Aquitaine à la rencontre des différents acteurs agroalimentaires mobilisés pour nourrir le pays malgré les difficultés liées à la pandémie. Il éclaire l’importance capitale des circuits courts dans l’autonomie alimentaire des territoires et amène une réflexion sur l’autonomie, la sécurité et la souveraineté alimentaires.

La richesse et la grande diversité de productions alimentaires et viticoles en Nouvelle-Aquitaine (lait, viande, céréales, vins, fruits et légumes...) ont permis de faire un tour d'horizon de plusieurs départements de la région : Charente-Maritime, Corrèze, Dordogne, Gironde, Lot-et-Garonne (premier département producteur de France) et  les Pyrénées atlantiques au pays basque.

 

Diffusé vers 23.20 sur France 3 Nouvelle-Aquitaine

Les Apprentis en herbe

Réalisé par Patrice Gérard.
Produit par Les Films du Balibari.

 

Passer de l'agriculture conventionnelle à l'agriculture bio, c'est le défi relevé par David et Xavier en Loire-Atlantique. Pendant deux ans, ils vont vivre La Conversion, c’est-à-dire un changement radical de leur manière de produire, mais aussi – et surtout – d’être, de penser et d’agir.

David et Xavier, producteurs de lait en Loire-Atlantique, sont des modèles de l’agriculture conventionnelle. Fiers de l’être et admirés par leurs pairs pour les performances de leur exploitation agricole. Mais voilà qu’à la surprise générale, ils décident de convertir leur ferme à l’agriculture biologique. D’abord enthousiasmés par le défi technique, puis séduits par la vague bio citoyenne.

Une refonte en profondeur de leur manière d’être, de penser et d’agir, que vont vivre pendant deux ans, ces nouveaux convertis... et leur troupeau. Quels hommes nouveaux seront-ils au bout du processus ?

 

 

Diffusé vers 23.20 sur France 3 Pays de la Loire, Hauts-de-France, Normandie et vers 00.10 sur France 3 Bretagne

Manger est un acte agricole © Flair Production

Les apprentis en herbe © Les Films du Balibari

--------------------------------------

Voir les films de la collection documentaire « NOUS PAYSANS » en cliquant ici


Attention, ce lien est strictement un lien de visionnage, réservé aux journalistes, dont l'adresse ne doit pas être rendue publique. Pour tout extrait ou utilisation de cette vidéo, merci d’adresser vos demandes au service de presse de France 3.

--------------------------------------

 

Voir également le dispositif spécial de FRANCE TELEVISIONS : en cliquant ICI

 

 

 

PICTO-FRANCETVPRO
PICTO-Phototélé
PICTO-FRANCETVPREVIEW
Twitter_F3 (2018)
Twitter_F3_presse (2018)
Instagram_F3 (2018)