Le Monument Préféré des Français 2021

Les 3 monuments en compétition en Bourgogne Franche-Comté

Yonne

Basilique Sainte-Marie-Madeleine à Vézelay (Vézelay)

Haut lieu de pèlerinage au Moyen-Âge, étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, la basilique Sainte-Marie-Madeleine se dresse sur la colline de Vézelay, dans le département de l’Yonne. Cette ancienne abbatiale qui trouve son origine au IXème siècle, fut sauvée de la ruine au XIXème siècle par Viollet-le-Duc. L’ensemble architectural qu’elle dévoile aujourd’hui est des plus remarquable : un portail central au tympan exceptionnel où le Christ en gloire bénit les apôtres et leur assigne la mission de convertir les nations, une nef lumineuse aux proportions majestueuses décorée d’une centaine de chapiteaux sculptés. En réponse aux éléments romans, un transept et un chœur de style gothique sous lequel s’étend une crypte datant de l’époque carolingienne. Un chef d'œuvre de l’art roman bourguignon classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979. 

Jura

Maison de Louis Pasteur (Arbois)

Les parents de Louis Pasteur achètent cette maison à Arbois, dans le Jura, en 1830. Pasteur a alors huit ans et va toute sa vie fréquenter cet endroit : il y passe sa jeunesse, vient y travailler et s'y reposer. Le scientifique y reçoit sa famille, ses amis, ses confrères et même Joseph Meister, le premier bénéficiaire de son vaccin contre la rage. La bâtisse qui surplombe le ruisseau de la Cuisance, est restée intacte. On y découvre les objets, les meubles et même les papiers peints d’une maison bourgeoise de la fin du XIXème siècle. Parmi les pièces maîtresses, la bibliothèque et le laboratoire de Louis Pasteur dans lequel il a mené ses travaux sur les fermentations et mis au point la fameuse pasteurisation. Il s’agit de l’unique lieu de travail du savant conservé en l’état en France. Classée Monument historique, la Maison de Louis Pasteur d’Arbois a reçu le label Maison des Illustres en 2011. 

Côte-d’Or 

Hôtel-Dieu de Beaune / Beaune

Rare témoignage de l’architecture civile de la fin du Moyen-Âge, l’Hôtel-Dieu de Beaune fut édifié en 1443, dans un style gothique flamboyant, à la demande de Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne, pour venir en aide aux malades les plus démunis. À la fin de la Guerre de Cent Ans, Beaune souffre de misère et de famine, trois quarts de ses habitants sont sans la moindre ressource. La salle des Pôvres avec sa charpente en lambris de chêne et ses lits à rideaux rouges ainsi que la salle Saint Hugues réservée aux malades les plus riches, témoignent de manière poignante de cette période. Mais le point d’orgue de la visite de l’Hôtel-Dieu classé Monument historique depuis 1862, c’est le polyptyque du Jugement dernier, commandé à Rogier van der Weyden, l’une des plus célèbres œuvres de la peinture flamande du XVème siècle. Outre son exceptionnel patrimoine bâti et ses fameux toits polychromes en tuiles vernissées, l'Hôtel-Dieu de Beaune doit également sa notoriété à son prestigieux domaine viticole. Son vin est vendu chaque année aux enchères au profit d'œuvres caritatives, le troisième dimanche de novembre.   

PICTO-FRANCETVPRO
PICTO-Phototélé
PICTO-FRANCETVPREVIEW
Twitter_F3 (2018)
Twitter_F3_presse (2018)
Instagram_F3 (2018)