De Gaulle Batisseur

De Gaulle bâtisseur

Lundi 16 novembre à 21h05
Une histoire des trente glorieuses

Nous connaissons tous le De Gaulle du 18 juin, le De Gaulle de l’Algérie, ou celui vieillissant de 1968. Mais il existe un autre De Gaulle, moins connu. Celui qui reprend les rênes de la France en 1958 après 12 années de traversée du désert, est un homme fasciné par le progrès et la modernité. Obsédé par la grandeur de la France, il a planifié réforme après réforme la métamorphose spectaculaire de notre pays : Le Havre reconstruit, le barrage de Tignes, La Cité Radieuse de Marseille,  le grand ensemble de Sarcelles, la raffinerie de Lacq, le périphérique parisien, les villes nouvelles, l'autoroute du soleil, le remembrement des campagnes, l'aménagement du littoral Languedocien, le plan neige, Rungis, les maisons de la culture, le collège …

Derrière ces grandes réalisations, trente années qui ont changé la France et bouleversé son paysage. Trente années appelées depuis les trente glorieuses. Trente années qu'incarne mieux que personne le Général De Gaulle.

De Gaulle bâtisseur raconte l’histoire de cette génération qui a dû rebâtir un pays dévasté par la guerre, celle de nos parents et grands-parents, pour qui reconstruire le pays ne voulait pas simplement dire remonter des murs mais inventer une France nouvelle et plus solidaire.

Ils nous ont légué le confort moderne, la civilisation de la vitesse, l’école pour tous, mais aussi l’agriculture intensive, les cités dortoirs, la voiture reine… Une société de consommation lancée à plein régime qu’il est difficile aujourd’hui d’arrêter.

Durée 96'

Un documentaire inédit réalisé par Camille Juza

Produit par Point du Jour - Les Films de Balibari avec la participation de France Télévisions

Unité documentaires de France Télévisions : Catherine Alvaresse

Pôle Histoire et culture : Emmanuel Migeot et Clémence Copey

De Gaulle bâtisseur a pour point de départ des archives découvertes il y a plusieurs années, alors que je travaillais sur de grands équipements érigés un peu partout en France au cours des années 50, 60 et 70. Que ce soit à la Grande motte, à Orly, ou sur le périphérique, un personnage inattendu apparaissait systématiquement sur les chantiers ou lors les inaugurations : le Général De Gaulle. Sa présence, très solennelle, et ses discours, très emphatiques, éclairaient d’une manière inédite ces lieux qui nous paraissent aujourd’hui au mieux surannés, quand ils ne sont pas méprisés ou mal aimés.  Par ricochet, l’intérêt de De Gaulle pour ces grands équipements racontait une autre histoire des Trente Glorieuses : la métamorphose radicale de la France  et de ses paysages avait été une affaire d’Etat.

Or, si les Trente Glorieuses ont constitué depuis 40 ans un mythe économique et même un âge d’or regretté, c’est beaucoup moins vrai de leur héritage bâti. La génération qui a reconstruit la France après la guerre était mue par l’idée d’un futur radieux, mais ce qu’elle nous a légué n’est pas toujours exactement à l’image de cet avenir brillant.

L’idée était donc de reprendre le fil du temps  pour lire et comprendre l’histoire des Trente Glorieuses.  Repartir en arrière, raconter cette métamorphose et comprendre comment les choses s’étaient nouées.

Car ce film est donc d’abord un film de géographie : il y a des territoires qu'on transforme, des paysages qu'on façonne, des cartes qu’on déplie, des visions, des pelleteuses. Sur les images, on excave, on fore, on bétonne. Il y a des milliers de mètres cubes de matière déplacée, du pétrole qui jaillit, des bulldozers qui écrasent des forêts. Une volonté de fer, déployée dans un temps où l’Etat, riche, dirigeait l’économie.

C’est aussi un film de paroles. Pour raconter ce rouleau compresseur qui a transformé de fond en comble la France, j’ai voulu faire entendre tous ceux qui avaient fait ce monde. Ceux qui l'ont décidé, ceux qui l'ont bâti, et ceux qui l'ont interrogé et critiqué. Faire entendre, littéralement, les visions à l’oeuvre et comment elles se sont transformées au cours des trente années : les Trente Glorieuses ont-elles été le fait d’un élan unanime, d’un consensus comme on nous le dit souvent ? Comment un pays détruit par la guerre est devenu moderne, mais aussi s’est trouvé pris aussi dans une course folle à la productivité et la croissance, quelqu’en soit le prix.

DE GAULLE BATISSEUR
PICTO-FRANCETVPRO
PICTO-Phototélé
PICTO-FRANCETVPREVIEW
The website encountered an unexpected error. Please try again later.