Black and White

Mini-série (4 x 52 min)

Note du producteur

« Cher frère blanc,
Quand je suis né, j’étais noir,
Quand j’ai grandi, j’étais noir,
Quand je suis au soleil, je suis noir,
Quand je suis malade, je suis noir,
Quand je mourrai, je serai noir.
Tandis que toi, homme blanc,
Quand tu es né, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
Quand tu as froid, tu es bleu,
Quand tu as peur, tu es vert,
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris.
Alors, de nous deux,
Qui est l’homme de couleur ? »


Léopold Sédar Senghor

 

Ces dernières années, les problèmes liés au passé colonial de la France ont mobilisé, avec raison, l’opinion, suscitant polémiques et controverses. Black and White est une œuvre de fiction qui tente d’apporter sa pierre à ces débats. Évidemment, son propos entre en résonance  avec certains événements sociétaux actuels.

S’agissant du colonialisme, rappelons que la France n’était pas la seule puissance coloniale au XIXe siècle.

La plupart des puissances européennes possédaient des colonies. La France disposait d’un Empire où s’exerçaient l’esclavage, des violences, les injustices au quotidien. Mais paradoxalement, dans les même temps, dans les mêmes lieux, la France a semé, presque contre son gré, les idées du siècle des Lumières, les principes des Droits de l’homme et du citoyen, sans oublier la langue française qui est souvent devenue la langue officielle des pays indépendants.

Nos personnages sont à l’image de cette contradiction. Ils subissent le colonialisme et utilisent les armes qui lui ont été enseignés pour le combattre.

Blancs et Noirs ont vécu ces contradictions et nous livrent dans cette fiction leurs vérités.

Le premier congrès des artistes écrivains noirs s’était terminé en proclamant : « Laissez entrer les peuples noirs sur la grande scène de l’Histoire ».

À sa manière, modestement, Black and White répond à cette injonction.

Black and White, une saga romanesque en 4 épisodes qui nous plonge à Dakar à la fin des années 1930 à 1960 et raconte les passions d’une époque rythmée par les amours, les haines et les guerres. 
Colons et militants indépendantistes résistent ensemble ou s’affrontent jusqu’au jour de l’indépendance du Sénégal le 4 avril 1960.

Une série qui aborde le quotidien d’une colonie, son histoire qui s’inscrit dans la grande Histoire.

 

Jacques Kirsner
Producteur

Diaporama photos

Résumés des épisodes

Épisode 1

En 1927, l’avion de Jean Mermoz atterrit à Dakar, une ville en pleine prospérité.

L’événement est couvert par Fari, Sénégalaise de 20 ans, journaliste au Jour de Dakar, seule femme de la rédaction. Amoureuse d’Alain de Bourbon, officier des Tirailleurs sénégalais, leur relation fait scandale au sein de la colonie.

 

Épisode 2

 

Dans ses articles de Jour de Dakar, Fari dénonce le statut de l’indigénat, des écrits qui suscitent la polémique.

L’union de Fari et d’Alain de Bourbon provoque à la fois un tollé dans la colonie mais aussi au sein de la propre famille de De Bourbon.

Oumbagne, médecin de la ville, noir, homosexuel et juif, adopte un enfant alors que Fari attend son bébé.

La France est en pleine puissance, Dakar se développe. Le « Paris » ne désemplit pas. Catherine, aidée par le réseau corse, multiplie les entreprises financières. Mais une première rébellion dans la brousse éclate avant d’être stoppée par Alain de Bourbon.

 

Épisode 3

 

Théo, le deuxième enfant de Fari et Alain, naît. Le couple commence à être accepté par une partie de la colonie, d’autant que la journaliste est amie avec Catherine et Hélène.

La colonie va vibrer grâce à la victoire de Théo Dia, champion de boxe d’Afrique, avant de connaître la première mobilisation des Africains qui réclament l’égalité des droits entre Noirs et Blancs.

Envoyée à Paris, Fari fait la connaissance de Pompidou et de Senghor. Mais, en Europe, les dangers d’une future guerre se précisent...

 

Épisode 4

 

En juin 1940, Radio Dakar annonce la défaite de la France. Les colons prêtent serment au maréchal Pétain, ce qui a de lourdes conséquences sur certains : le gouverneur est destitué, Oumbagne porte l’étoile jaune, Fari est licenciée…

La colonie se félicite : Dakar a repoussé de Gaulle et Churchill à coups de canon ! Mais Fari, Catherine et Hélène ne peuvent se résoudre à accepter cette situation. Elles prennent l’initiative de créer un réseau de résistants.

Noirs et Blancs éditent ensemble un journal clandestin, Dakar Résistance. La lutte du peuple noir débute pour l’indépendance du Sénégal, elle se terminera en 1960 par l’élection de Léopold Sédar Senghor à la présidence de la République sénégalaise.

Distribution

 

 

Avec Marême NDIAYE (Fari Ciss), Olivier CHANTREAU (Alain de Bourbon), 
Isabelle GELINAS (Hélene Favier), Laurent DU SAUSSAY DE GREVILLE (Richard Favier), 
Dominique LABOURIER (Catherine Paolini) et Aurélien WIIK (Victor Lepage).

Fiche technique

 

 

Série de 4 x 52 min

Réalisée par Moussa Sène Absa

Adaptation, scénario et dialogue : Jacques Kirsner 

Une production JEM productions avec la participation de France Télévisions

Producteurs délégués : JEM productions, Jacques Kirsner et France Télévisions

Producteur exécutif : José Montes, Angèle Diabang

Musique originale : El Hadji Ndiaye

Musique additionnelle et éditions musicales : Chrystal Publishing et Eric Debegue

Directeur de production : Moustapha Sawadogo

1er assistant réalisateur : Jean-Luc Matthieu 

Régisseur général : Serge Szwarcbart

Unité fiction nationale : Anne Holmes et Anne Didier

 

PICTO-FRANCETVPRO
PICTO-Phototélé
PICTO-FRANCETVPREVIEW
Twitter_1 (2018)
Instagram_1 (2018)