© Charlotte Schousboe/Rémy Grandroques - FTV/Thalie Images
Série

L’île aux 30 cercueils

Qui pourra en réchapper ?

Édito

Le feuilleton L’île aux 30 cercueils, diffusé sur Antenne 2, avec Claude Jade en interprète principale, est pour beaucoup d’entre nous une de nos premières frayeurs télévisuelles françaises. Avec l’image encore puissante de trois sœurs crucifiées et le sourire diabolique d’un tueur dominé par une haine vengeresse…

Quand nous a été soumis le projet de revisiter aujourd’hui cette œuvre de Maurice Leblanc appartenant à notre patrimoine littéraire et télévisuel, il y avait comme une évidence pour nous de se lancer dans l’aventure.

À la clé, l’invitation au mystère, au frisson et à l’évasion. Le retour de Christine Vorski, une héroïne forte et tourmentée sur son île natale de Sarek, pour élucider la part d’ombre de son passé traumatique. Et son chemin d’émancipation au prix fort des larmes et du sang. Car, avec elle, semble se réveiller une terrible malédiction qui décime l’un après l’autre et sans répit les îliens. Une pleine inscription dans les canons du récit populaire avec une incursion dans la série de genre, pouvant faire vibrer un large public.

Il fallait une forme d’infidélité assumée à l’œuvre originale, toute l’imagination et le talent des auteurs Elsa Marpeau et Florent Meyer, sous la conduite de Stéphane Moatti, pour relever ce défi créatif. Un trio qui nous avait déjà offert de très belles heures de télévision, tant saluées par le public que la critique.

Un défi relevé haut la main, tant une redoutable mécanique de thriller nous tient en haleine de bout en bout dans ce huis clos implacable à ciel ouvert. Ajouté à des personnages complexes dont les masques tombent au fur et à mesure que le danger et la mort se rapprochent d’eux pour enfin nous révéler leur intime et troublante vérité.

Un défi qui ne pouvait être relevé sans le concours inspiré et l’engagement total de notre réalisateur Frédéric Mermoud et de toute son équipe pour nous proposer une création visuelle forte, sensible et incarnée, où l’inquiétante étrangeté prédomine et sublime les décors d’une île éprouvée par les éléments déchaînés.

Et, finalement, un voyage périlleux au cœur des passions, des tourments et des fantômes du passé, rendu possible grâce à un casting prestigieux avec à sa tête Virginie Ledoyen, Charles Berling et Stanley Weber au sommet de leur art.

Bonne traversée vers L’île aux 30 cercueils !

Anne Holmes et François Hitter, direction de la fiction française de France Télévisions

 

Note d’intention du producteur

Adapter à la fois un roman de Maurice Leblanc et une série iconique a été une perspective enthousiasmante pour une nouvelle collaboration avec France Télévisions.
Le livre de Maurice Leblanc autant que la série avec Claude Jade demeurent une madeleine de Proust avec des souvenirs d’images saisissantes, mais comme une invitation à l’évasion. 
Il fallait trouver le bon axe pour une adaptation contemporaine. C’est ce qu’ont trouvé Elsa Marpeau et Florent Meyer. Ils interpellent le spectateur à travers la quête de vérité d’une femme prise dans le tourbillon d’éléments hostiles qui la dépassent.
L’île aux 30 cercueils est clairement une série de genre qui explore l’inquiétante étrangeté, ou comment des choses et des êtres qui nous sont familiers deviennent inquiétants.
La situation de huis clos sur l’île et la pression angoissante des meurtres qui s’accumulent placent notre héroïne au centre d’une mécanique de thriller. Pour autant, cette héroïne profite de sa présence sur l’île pour élucider les mystères de son passé. Tous ces événements sont liés et elle va aboutir grâce à son enquête à deux fortes révélations intimes : retrouver vivant son fils qu’elle pensait mort-né et suspecter dans son entourage un coupable potentiel. 
L’aventure que vit Christine, aussi terrifiante soit-elle, aboutit donc à une émancipation. D’abord sentimentale, car elle se libère de l’amour trop étouffant de son mari ; ensuite familiale, car en découvrant que son fils est vivant, elle répare sa frustration de ne pas avoir été mère. 
Nous avons eu à cœur de conserver les motifs principaux du roman de Maurice Leblanc. Le spectateur pourra à la fois retrouver les points forts du récit (l’île, la crucifixion, l’incendie) et en découvrir de nouveaux (figure moderne de l’oracle à travers Rémy, révélation sur la personnalité de Vorski). Notre héroïne ne se contente plus de réagir aux événements mais porte véritablement l’histoire.

Le tournage de cette série a pu se faire dans des lieux emblématiques de la Bretagne. 
Et quel meilleur écrin que le Finistère et en particulier Ouessant pour créer une identité forte à cette série ?
L’île, l’océan, les tempêtes et les éclaircies constituent non seulement un décor fantastique mais deviennent un vrai personnage. 

La série a la chance d’être portée par un réalisateur de cinéma (récemment un thriller psychologique, Moka) et de séries TV emblématiques (Engrenages ou encore Les revenants), Frédéric Mermoud, qui allie réflexion psychologique des personnages et création visuelle forte. Autour de lui a été réuni un casting prestigieux, avec à sa tête Virginie Ledoyen, Charles Berling et Stanley Weber.

Alors embarquez pour Sarek et découvrez une vision inattendue et étrange de l’« île aux 30 cercueils ».

Stéphane Moatti
 


 

Avec

Virginie Ledoyen (Christine Vorski), Charles Berling (Raphaël Vorski), Stanley Weber (Stéphane Maroux), Jérémy Gillet (Paul/Aurélien), Dominique Pinon (Horacio), Jean-François Stévenin (Henri Dormont), Noam Morgensztern de la Comédie-Française (Le Père Favre), Martine Chevallier (Soizick Maroux), Thomas Mustin (Rémy), Manon Valentin (Lou), Adama Niane (Yannick Lantry), Marilyne Canto (Marie), Maxime Bailleul (Arthur Trevenec), Tom Rivoire (Max), Eddy Del Pino (Gaspard), Cathy Cerda (Josée Brechart-Archignat), Nicky Marbot (Maguennoc), Jina Djemba (Solène Du Guermeur), Anastasia Robin (Emilie Clavel)

 

© Rémy Grandroques - Thalie Images


Résumé général

Christine vit une vie tranquille avec son mari Raphaël jusqu’au jour où elle reçoit une mystérieuse vidéo sur son portable. On y voit des images de son accouchement à Sarek, l'île où elle a grandi. Christine découvre avec horreur que son enfant annoncé mort-né a été assassiné. Elle est désormais hantée par ces questions : qui a tué son fils, et pourquoi ? Malgré l'avis de son mari, elle décide de retourner sur l'île qu'elle a quittée quinze ans plus tôt. Alors que Christine cherche la vérité sur son fils, une série de morts attise la terreur chez les habitants de Sarek. Il semblerait que son retour ait réveillé la prophétie des Trente Cercueils… 

 

© Rémy Grandroques - Thalie Images

​Série de
6 x 52 min

Librement inspirée du roman 
L'île aux trente cercueils
de Maurice Leblanc

Une série créée et écrite par
Elsa Marpeau
Florent Meyer

Réalisation
Frédéric Mermoud  

Production
Thalie Images

Producteur
Stéphane Moatti

Musique originale
Keegan DeWitt

Avec la participation de
France Télévisions
RTL TVI et Be-Films
et la RTS Radio Télévision Suisse

Avec le soutien du
Centre national du cinéma
et de l'image animée

et de la Région Bretagne

Distributeur international
Beta Film

Direction de la fiction française
de France Télévisions
Anne Holmes
Anne Didier

Conseiller de programmes
François Hitter

ID de la video FTV Preview
Trailer
PICTO-FRANCETVPRO
PICTO-Phototélé
PICTO-FRANCETVPREVIEW
Twitter_1 (2018)
Instagram_1 (2018)