Too-Late-Show

Les GAFAM et le climat

LE TOO LATE SHOW
Les nouvelles technologies ennemies de la planète ?
En ligne dès le 10 mars 2021 à 18h

Le Too Late Show, l’émission qui t’explique pourquoi c’est trop tard… ou pas ! Présentée par Nicolas Meyrieux, cinq enquêtes incisives, pertinentes, teintées d’humour sur les questions environnementales majeures du moment. Des sujets sensibles racontées autrement pour un public jeune.

Le TOO LATE SHOW porte à la connaissance d’un large public, et particulièrement des jeunes, une information exigeante, de qualité, avec de forts enjeux citoyens, en l’exposant différemment.

Apprendre et comprendre ce que certains souhaitent garder secret, tout en se marrant.

Avec des références universelles, qui parlent aussi aux millenials. Des séquences à la fois grand public et éclairées, qui donnent la garantie d’accrocher un public jeune, amusé par la satire sur l’actualité.

Alliage inédit entre le journalisme d’investigation de l’agence Premières lignes et l’esprit grinçant de Nicolas Meyrieux, les enquêtes du Too Late Show sont écrites sur un ton humoristique par Nicolas Meyrieux et Raza, des auteurs exigeants, sur la base des investigations des journalistes de l’agence de presse spécialisée.

Avec une réalisation marquée par un rythme soutenu, l’utilisation des extraits vidéo, de photomontages en vignettes, de courtes interviews incisives, le Too Late Show mélange humour et fond pour aborder les questions qui dérangent.  

Gafam vs Climat: les nouvelles technologies ennemis de la planète ?

Dans ce premier épisode Nicolas Meyrieux et 3 spécialistes vont parler pollution numérique. Mais c’est quoi la pollution numérique ?

La pollution numérique, c’est par exemple l’impact qu’ont eu les 10 séries regardées et terminées durant le dernier confinement. Elles ne font pas uniquement mal au cou.

Quand on regarde des séries allongé sur le lit le menton collé au torse, on connait tous cette douleur. Eh bien ça fait la même chose à la planète.

Eh oui, il faut bien se dire que le fameux “cloud” n’est pas constitué uniquement de vapeur d’eau : ce gigantesque “nuage” de données est stocké dans d’immenses data centers. Et pour les faire tourner, il faut des microprocesseurs, de l’eau, et beaucoup beaucoup, beaucoup d’électricité.

Heureusement, les Gafam ont bien saisi le problème, et s’engagent pour l’environnement en investissant dans les énergies renouvelables avec une ambition : la neutralité carbone. Mais peut-on se fier à leurs promesses écolos ? 

Ils ont enquêté notamment avec une ex-employée d’Amazon, et elle n’y croit pas trop. Parce que ces géants du numérique plantent des champs d’éoliennes d’un côté, tout en faisant du business avec les géants du pétrole de l’autre.

Oui, entre collecte de données et courses à la 5G, les Gafam n’ont pas vraiment l’intention de toucher à leur modèle économique.

 

Cinq thèmes traités dans cette séries d’enquêtes et à binger sans modération ! sur france.tv /slash :

1/ GAFAM vs climat
Mais c’est quoi la pollution numérique ?

2/ Les épidémies de demain
Quel est le point commun entre le réchauffement climatique, l’aviation, l’élevage industriel, la déforestation, l’urbanisation et la perte de biodiversité ? Hein ? Qui a dit le capitalisme ? 

3/ Tous en voiture électrique ?
La voiture individuelle à elle seule émet 16% des gaz à effet de serre au niveau national, ce qui fait d’elle l’une des plus grosses sources de ses émissions, après le bâtiment et l’agriculture, ou encore l’industrie.

4/ Il faut sauver les abeilles
Les abeilles à qui on doit beaucoup, et attention pas que pour se mieller la tartine.

5/ Peut-on se fier aux labels alimentaires ?
Aujourd’hui on va parler d’un sujet avec lequel il ne faut pas rigoler quand on est français : la bouffe, la poupougne… Enfin faut pas rigoler… Y’a quand même des gens qui essayent de bien se foutre de notre gueule.

 

 

 

 

Des  investigations sur les questions environnementales majeures
du moment

le too late show logo

 

Présenté par Nicolas Meyrieux

écrit par Nicolas Meyrieux et Kaza

réalisé par Christophe Barreyre

enquêté par Cécile Dolman et Claire Marchal

produit par Luc Hermann  (Premières Lignes)

Durée : 5 x 10‘

 

le too late show en images