Grande soirée fiction historique

Laval, le collaborateur

Mardi 2 novembre à 21.05

France 3 propose une grande soirée fiction autour de la sombre période de notre Histoire qui mena à l'Occupation de la France métropolitaine par l'Allemagne nazie et à la Collaboration.
 
La soirée s'ouvre par un film inédit, Laval, le collaborateur, avec Patrick Chesnais dans le rôle-titre.
Pierre Laval, honni de tous, incarne, dans la mémoire collective, le pire de la collaboration d'État et des compromissions avec l'occupant nazi. 

 

La soirée se poursuit avec la rediffusion du film Le dernier été. Cette œuvre relate le parcours de Georges Mandel, qui fut l'un des opposants les plus résolus à l'Allemagne nazie.


Avec ces fictions historiques, leurs narrations éclairées et documentées et leurs signatures modernes et originales, France Télévisions interroge la période de l'Occupation et de la collaboration dans toute sa complexité et ses abominations. Des regards forts sur notre Histoire qui s'adressent à toutes les générations.
 

21.05 : Laval, le collaborateur  

Synopsis

Plusieurs fois président du Conseil dans les années 1930, Pierre Laval est l’artisan de la prise de pouvoir de Pétain en 1940. Il met en œuvre avec le maréchal Pétain la collaboration avec les nazis, organise la rencontre de Montoire avec Hitler. Pétain s’en sépare quelques mois plus tard : les Allemands exigent son retour. Quand il revient, il a les pleins pouvoirs, coorganise avec les Allemands les rafles des juifs, femmes et enfants compris, met en œuvre le service du travail obligatoire, combat les résistants et déclare : « Je souhaite la victoire de l’Allemagne. »
Il servira Hitler jusqu’au bout. À la Libération, il sera arrêté, jugé lors d'un procès bâclé par la Haute Cour de justice, condamné à mort  et exécuté. Il s’y attendait. Mais le procès ne respectera ni ses droits ni ceux de la défense. De surcroît, Pierre Laval est en permanence injurié par le jury comme le public. Ses avocats refusent de l’assister et l’ancien président du Conseil quitte le procès. Le président Mornay prononcera donc la sentence devant… une chaise vide. 

 

Avec : 

Patrick Chesnais (Pierre Laval), Grégoire Leprince-Ringuet (Maître Naud), Mathieu Bisson (Jacques Baraduc), Hande Kodja (Josée Laval), Brigitte Catillon (Jeanne Laval), Barbara Probst (Martine Naud)...

 



 

Note de Jacques Kirsner, scénariste et producteur
« La passante du Sans-Souci, Pétain, Édouard Drumont, histoire d’un antisémite français, Xavier Vallat, Le dernier été (rediffusé ce soir) : comme scénariste ou producteur, je me suis attaché à traiter de la collaboration. Une sœur abattue à Lyon dans la Résistance, les familles de mes parents liquidées expliquent pour partie cette politique éditoriale.
Avec Laval, le collaborateur, la boucle est bouclée. D’autres producteurs, d’autres metteurs en scène continueront ce travail.
Voilà longtemps que je voulais produire ce film. L’antisémitisme en France, en Belgique, en Allemagne est passé de la parole… à l’assassinat.
J’ai longtemps attendu que France Télévisions s’engage. Dès qu’il a été nommé, Stéphane Sitbon-Gomez m’a donné le feu vert. Qu’il soit remercié.
Le film s'est tourné à Vichy, Riom et Moulins avec des techniciens, des acteurs et des prestataires locaux. »
 

 

Note du réalisateur Laurent Heynemann
« Nous sommes ici devant une très rare configuration : le personnage principal de ce film a été l’homme le plus haï des Français. Mais, même si son action gouvernementale a eu d’effroyables conséquences, il n’est pas antipathique, il essaie de rouler son monde et y parvient, car il est sans approche idéologique. La mise en scène doit montrer ce trait de personnalité, sans pardonner ses roueries.
Il n’est ni question de réhabilitation ou d’apologie, il est présenté dans le scénario comme l’homme pragmatique et abject qui s’adapte à un système.
Mais en continuant d’interroger cette époque, sa complexité et ses prolongements, peut-être nous obligeons-nous à rester en éveil pour repérer et dénoncer ce qui l’a animée. »

 

22.Le dernier été 

Le dernier étéDans les années 1930, Georges Mandel, ancien collaborateur de Georges Clemenceau, est l'un des parlementaires les plus talentueux de l'Assemblée nationale, à la fois écouté et redouté. Journaliste et député de la Gironde, il est nommé au poste de ministre des PTT, puis des Colonies. Cet homme de droite hors de tout parti, volontiers cassant et autoritaire, est le premier à s'engager contre la montée du nazisme.

Avec Jacques Villeret, Catherine Frot, Émilie Delaunay

Réalisation Claude Goretta
Écrit par Jean-Michel Gaillard, d'après la biographie de Nicolas Sarkozy Georges Mandel, le moine de la politique (Éd. Grasset, 1994)
Production Jem Productions 

90 min

 

Réalisation
Laurent Heynemann



Scénariste
Jacques Kirsner


 

Production
JEM Productions

 

Producteur
Jacques Kirsner
 

Direction de la fiction française
France Télévisions
Anne Holmes
 

 

Video file
Sabine Safar-Barouh
Contact médias - France Télévisions
PICTO-FRANCETVPRO
PICTO-Phototélé
PICTO-FRANCETVPREVIEW
Twitter_F3 (2018)
Twitter_F3_presse (2018)
Instagram_F3 (2018)