Ici tout est loin

Jeudi 18 février à 22h45 dans « La Ligne bleue »
Inédit

Ici tout est loin

 

« La Ligne bleue », ce sont des histoires à taille humaine qui résonnent en chacun de nous et nous racontent la diversité de la France. Des territoires dans lesquels se jouent, à leur échelle, les enjeux qui traversent notre société.  

Itinéraires individuels de personnages charismatiques, aventures collectives par-delà les institutions, plongées au cœur d’un territoire en pleine transformation, ce sont les grands enjeux sociétaux que nous voulons montrer par l’expérience, au plus près de ses acteurs.

 

Barre séparatrice

 

 

Dans un petit village de l’Allier, au centre géographique de la France, quelques adolescents doivent faire face à une orientation décisive pour leur avenir. Ici, l’éloignement géographique induit un éloignement culturel, économique et social.

Salomé Berlioux, jeune trentenaire parisienne originaire du village, a créé l’association « Chemins d’avenirs » pour aider ces jeunes.
Par le parrainage, au fil de stages et d’ateliers, elle veut lutter contre l’autocensure, inciter à oser, favoriser la mobilité.

Un combat contre une forme sournoise d’inégalité des chances.

 


Note d'intention de Jean-Thomas Ceccaldi


J’aime filmer des anonymes et leur « combat ordinaire », questionner le parcours social et le rapport aux origines, comment d’où l’on vient conditionne ce que l’on devient, et ce que l’on ne devient pas.

Quand j’ai rencontré Salomé Berlioux et découvert les actions qu’elle menait avec son association « Chemins d’avenirs », j’ai été touché par cette mise en lumière d’une inégalité des chances due à la géographie. Avec tendresse, mais lucidité, elle peignait ces endroits où « tout est loin » : les lieux de culture, d’enseignement, d’emploi. Elle racontait l’attachement au territoire, mais aussi la difficulté à s’en affranchir. Le calme, la nature et l’espace, mais aussi l’ennui, l’absence de modèles et l’autocensure. 

La situation qu’elle évoquait était complexe. Et surtout elle avait été longtemps invisible et silencieuse.

Par effet miroir, partant du collège où elle-même avait étudié, à Lurcy-Lévis dans l’Allier, j’ai voulu aller à la rencontre de ces jeunes pour qui les choix d’orientation sont souvent compliqués. Leur donner la parole autant qu’à elle, être dans le ressenti autant que dans l’analyse. Filmer leur vie locale et familiale, et aussi les actions proposées par « Chemins d’avenirs ». 

J’ai aussi voulu mettre en valeur par des vues aériennes le bocage environnant, ce paysage agricole traditionnel auquel ils sont souvent très attachés.

Enfin, filmant des jeunes de troisième à l’aube d’une orientation décisive, j’ai aussi tenu à respecter le rythme de leur parole, les silences et les doutes, les paradoxes et les contradictions. Entendre les mots des parents et ceux des professeurs, autant que ceux échangés lors des rencontres par le biais de l’association de Salomé Berlioux. Capter ce qui est dit, ce qui est tu.

J’ai voulu un film sans commentaires, montrant sans démontrer.

J’ai souhaité rendre compte de la multiplicité des situations, allant de celles et ceux qui ne veulent ni partir ni changer de vie jusqu’à celles et ceux qui n’attendent que cela, en passant par la majorité qui s’interroge.

Inédit

Durée : 55 min

 

Réalisé par Jean-Thomas Ceccaldi

 

Produit par Melissa Theuriau - 416PROD, avec la participation de France télévisions

 

Directrice des documentaires de

France Télévisions Catherine

Alvaresse

 

Pôle Société et Géopolitique Renaud Allilaire, Sophie Chegaray, Xavier Gubert