Relève-toi !
Jeudi 15 octobre à 23h25
Inédit

Les documentaires de « La Ligne bleue » racontent celles et ceux qui, au cœur de nos territoires, s’engagent, se battent, partagent des combats et des rêves. Engagés ou simples acteurs d’autres possibles, leurs combats sont personnels ou collectifs. Leur échelle est locale, du jardin aux champs cultivés, de l’atelier à l’usine, du village à la ville, mais leur optimisme résonne en chacun de nous ! Ils nous inspirent et nous émeuvent.

 

Barre séparatrice

 

Treize jeunes meurtris dans leur enfance suivent une expérience
de reconstruction morale grâce à l’art.

Jeunes adultes décrocheurs à l’enfance particulièrement difficile, ils sont les laissés pour compte du système. Souvent passés par l’Aide sociale à l’enfance, ils sont en danger s’ils sont livrés à eux-mêmes : on estime qu'un SDF sur quatre est un ancien enfant placé. Ce film porte l’espoir pour eux d’une possible reconstruction grâce à une structure pilote unique en France, baptisée « Classe départ », installée dans le Nord-Pas-de-Calais. Elle est conduite par l’association l’Envol, fondée en 2015 par des artistes de théâtre.

Le film suit le processus de résilience de ces jeunes.

En sept mois, ils vont changer, s’accepter et réussir à affronter le monde grâce à un enseignement artistique. Au commencement, ils sont des chats sauvages qui rasent les murs ou bien s’y brisent les poings. Au fil des sept mois passés dans ce centre d’art et de transformation sociale, ils remontent des limbes et sortent de la solitude morbide dans laquelle leur enfance fracassée les a cadenassés. Au terme de ce parcours, ils marchent la tête haute, forts de l’estime d’eux-mêmes retrouvée. Ils seront capables de monter sur scène et d’affronter leurs démons. 
 

Note d'intention de Frédéric Brunnquell

Combien sont-ils, ces jeunes adultes, décrocheurs, ceux dont on dit qu’ils sont inadaptés à s’insérer dans notre société ? Beaucoup sont passés par l’Aide sociale à l’enfance et sont en situation de rupture familiale, ou bien ne bénéficient pas d’un soutien matériel et moral de leur famille. D’autres, sans être jamais passés devant un juge pour enfants ni avoir bénéficié de mesure de placement, ont aussi vécu des enfances volées. Ce sont des jeunes adultes blessés par les mauvais traitements, par les violences intrafamiliales, les harcèlements ou encore les viols. Ces jeunes sortent des radars de l’administration autour de leur majorité et rejoignent les rangs du million et demi de jeunes inactifs, sans emploi ni études ou formation en cours.

Au rythme d’un enseignement atypique, Perrine Fovez et Bruno Lajara, les fondateurs de l'association, parviennent à transcender l’existence d’une quinzaine de jeunes adultes et, tels des alchimistes, à transformer leurs semelles de plomb en semelles de vent.

Je les ai rencontrés il y a quatre ans au moment du tournage à Lens du film Enfants du terril. Depuis, j’ai suivi chaque promotion de la classe départ parce que je partage leurs valeurs, leur engagement pour sauver ces jeunes. Je connais l’histoire de tous les gamins qui sont passés par « l’Envol », et j’ai pu constater qu’à chaque promotion le miracle se reproduisait. Pendant les sept mois de leur passage à l’Envol se succèdent des instants à briser les cœurs et des moments de joie débridée.

La quatrième promotion de l’Envol réunit treize jeunes, dont onze jeunes femmes victimes de violences intrafamiliales. La grande majorité habite en foyer ou en famille d’accueil, éloignée de leurs parents pour leur propre protection ou abandonnée par eux.

Relève-toi ! est l’histoire de leur combat pour une vie meilleure.

 

Un film de Frédéric Brunnquell

Produit par Nathalie de Mareuil - Compagnie des Phares et Balises  - avec la participation de France Télévisions et du CNC

Directrice des documentaires de France Télévisions Catherine Alvaresse

Pôle Société et Géopolitique Renaud Allilaire, Sophie Chegaray, Xavier Gubert 

 

PICTO-FRANCETVPRO
PICTO-Phototélé
PICTO-FRANCETVPREVIEW
Twitter_F3 (2018)
Twitter_F3_presse (2018)
Instagram_F3 (2018)