LA MEILLEURE MOITIĒ

Tournage nouvelle série 10 x 26'

Du 13 septembre au 03 novembre sur le lac d’Azur, à Moliets, à Dax et à Saint-Vincent-de-Tyrosse

 

Synopsis
Sasha Dalca, c’est la nouvelle du lycée qui ne laisse personne indifférent. Pourtant jusqu’à il y a deux semaines Sasha était un garçon. En réalité Sasha cache un secret dans ses viscères : elle est née intersexe. Ses parents lui ont toujours tu. Et pour cause, comment avoir la fameuse conversation qui expliquera à son enfant qu’on n’a pas réussi à le faire totalement garçon ?  Mais un secret finit toujours par exploser. A ce moment-là, plus qu’une seule solution : changer de lycée pour Sasha. Faire page blanche. 

Et pourquoi pas, quitte à se réinventer, embrasser son autre moitié ?

A l’aune où l’on rêve de coucher pour la première fois, Sasha a quelques semaines pour découvrir qui elle est et qui elle désire, et pour décider si oui ou non elle va se faire opérer. Mais d’ici-là, personne ne doit percer son secret à jour. 

 

Avec 
Angèle Metzger (Sasha Dalca), Saül Benchetrit (Pauline Dalca), Daphné Bürki (Cécile Dalca), Grégoire Colin (Jérémie Dalca), Paola Locatelli (Anna), Marin Judas (Alex), Lena Garrel (Meeva), Régis Nkissi Moggzi (Sam), Andréa Furet (Cynthia), Najim Zaghoudi (Zaki), Lysandre Nury (Loé), Océan (Grégory)

 

barre

 

Note d’intention de l’auteure/réalisatrice  
Adolescente, en retard sur mes amies déjà si féminines, je me suis sentie longtemps ni tout à fait fille, ni tout à fait garçon. Dans un entre-deux solitaire qui me semblait inextricable. Pourtant, à 17 ans, un garçon de mon âge, flamboyant, assumé dans sa sexualité déjà très active, oscillant entre les codes du masculin et du féminin m’a permis de sortir de cette solitude. Cet ami a appris, à la faveur d’un anodin dépistage de MST, qu’il n’était pas tout à fait garçon. Ni tout à fait fille. Qu’il était né intersexe, ce que ses parents et les médecins s’étaient évertués à lui cacher depuis sa naissance, pour « son bien ». Le mot est sorti de sa bouche : « monstre ». Il a été stigmatisé, objectifié, montré sans relâche dans sa nudité la plus crue au corps médical, son intégrité physique et psychique ont été broyées. Depuis ces évènements, il y a vingt ans, je n’ai eu de cesse de penser à lui. 

C’est cette rencontre qui est à l’origine de La Meilleure Moitié. J’ai eu l’opportunité, depuis, de rencontrer des membres de la communauté intersexe et d’approfondir le sujet, pour tenter, peut-être, de lutter contre l’invisibilité de ceux dont la société n’a jamais pensé la place. Plus j’investiguais, plus la nuance et la variation sont apparues comme des états d’être possibles. 

Yaël Langmann

 

L’intersexuation est une caractéristique qui touche près de 2 % de la population mondiale. On estime qu’il y a autant de personnes intersexes en France que de roux.sses, et pourtant, une représentation quasi-nulle dans les paysages audiovisuels français et internationaux. Creusant notre sillon de représenter au mieux le monde d’aujourd’hui, La Meilleure Moitié est une série essentielle, sur un sujet important que nous sommes très fiers d’accompagner jusqu’à nos publics. 

Sened Dhab, Directeur de la fiction numérique

 

 

© Jerico TV

 

© Thierry Langro


Durée
10 x 26'

Auteure
Yaël Langmann


Réalisation
Jérémy Mainguy
 Yaël Langmann



Producteurs
Clara Laplace

Eric Jehelmann
Philippe Rousselet



Production
Jerico TV


En coproduction avec
Big Band story


Avec la collaboration de
La fabrique France tv


Direction de la fiction française
 France Télévisions 
Anne Holmes
Sened Dhab
Sophia Synodinos

 

#création @Francetv

 

 

 

Patricia Lejeune Louis
Contact - France Télévisions