Temps fort SEM 39

Télécharger la version PDF

LES CRIMES SILENCIEUX

  • Téléfilm

  • Samedi 22 septembre à 13.15

  • Sur Réunion la 1ère

LES CRIMES SILENCIEUX

Dans le Nord, ancien haut lieu du monde ouvrier, un homme est découvert par des visiteurs, pendu dans une mine de charbon reconvertie en musée. Bel entrée en matière pour la capitaine Borski, récemment mutée. Un polar glaçant avec Richard Berry et Odile Vuillemin..

Quand Levin, un notable de la région, est retrouvé pendu dans un musée lui appartenant, les soupçons se tournent très vite vers son épouse et l’amant de cette dernière — liaison affichée et encouragée par feu son mari. Drôle de triangle amoureux qui étonne également la capitaine Tess Borski (Odile Vuillemin) et le commissaire François Dubois (Richard Berry), qui supervise l’enquête. Les amants n’en restent pas moins suspects pour Dubois, qui marche aux statistiques — les coupables faisant souvent partie de l’entourage immédiat de la victime.

Les enquêteurs redoublent de soupçons devant ces amants fébriles. Pourtant, ils n’avaient aucun intérêt à tuer le mari, une ordure bien sous tous les rapports, qui leur avait proposé des avantages en nature en contrepartie de ce ménage à trois. Plus ils avancent dans leurs investigations, plus Borski et Dubois se rendent compte qu’ils vont devoir bousculer les consciences et démystifier l’histoire de la région. En effet, la richesse de Levin, intrinsèquement liée à ce territoire, a été bâtie de manière suspecte. De révélations en découvertes parsemées de tentatives de meurtres et de meurtres bien commis, les soupçons que nourrissent Borski et Dubois vont dépasser le cadre familial pour embrasser un panel de potentiels suspects… Surtout quand Tess découvre le nom de son propre père, ancien juge à la retraite, au cours de ses investigations. Désormais qui croire ? À qui faire confiance ?

Les Crimes silencieux signent le retour d’Odile Vuillemin à la télévision. Dans le rôle de Tess Borski, capitaine décidée, aguerrie mais dotée d’une sensibilité, l’actrice fait des étincelles. Son personnage a beaucoup trop de choses à gérer dans sa vie de flic, de femme de flic, de fille d’un ancien juge assez trouble et avec un coéquipier qui est malgré tout son supérieur. Un tandem inattendu pour ce personnage, d’autant que la scène qui les fait se rencontrer est tout sauf dramatique. Prenant Dubois pour un lieutenant, Borski ne se doute pas qu’elle a affaire à son supérieur hiérarchique. Cette entrée en matière va donner le ton : une complicité s’installe entre eux. Par ailleurs, dans le registre du commissaire pugnace qui manie aussi bien l’ironie que l’humour, Richard Berry excelle. Mais, comme dans tout bon polar qui se respecte, ce lien à la fois profondément amical et professionnel va être mis à mal durant l’enquête. Pourquoi ? Comment ? Réside dans ces questionnements tout le sel de cette intrigue qui s’avérera diabolique.