Communiqué du 30 octobre 2019

Télécharger la version PDF
Nathalie Layani

Enquêtes de région

Le vin en poupe

Mercredi 6 novembre - en 2ème partie de soirée

Provence Alpes Côte d'Azur
De l’oenotourisme aux coulisses des foires, en passant par un centre de recherche dédié aux rosés, "Enquêtes de région" se penche ce mois-ci sur le marché du vin.

 

 

  • Oenotourisme : entre tradition et démesure
    Un reportage de 26’ de Frédérique Poret - Sylvie Garat - Christian Herregods.


Loin derrière l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur complète le podium des plus grosses régions productrices de vin. Soleil, température clémente, sans oublier la Méditerranée, c’est aussi un terroir exceptionnel pour l’oenotourisme.
Un concept qui a mis du temps à s’installer en France, pays traversé par de nombreuses routes du vin, mais où les dégustations et les visites de domaines se sont longtemps faites de manière artisanale.
Désormais, de gros investisseurs mettent de l’argent sur la table pour s’offrir des domaines luxueux où l’on vient goûter du vin, mais aussi vivre d’autres expériences culturelles ou artistiques.
Comment les vieilles familles vigneronnes tentent-elles de se faire une place dans ce nouveau marché ? Enquête au coeur de l’oenotourisme.

 

 

  • Le centre du rosé
    Un reportage de 3’  de Sophie Accarias - Virginie Danger - Sophie Didelot.


A Vidauban, un centre abrite des experts, des chercheurs, des vignerons et des dégustateurs. Ici, on imagine les rosés de demain. Comme dans l’industrie, cette unité de recherche et de développement centralise les connaissances pour renforcer le leadership du rosé de Provence. 

 

  • Les foires : vin sur vin ?
    Un reportage de 13’ de June Raclet - Frédéric Cerulli -Thomas Vergne.


Quand on songe que les foires aux vins des supermarchés ont été inventées il y a 40 ans pour combler le vide commercial de l’automne, on se dit que le pari est réussi. Aujourd’hui, elles pèsent près de 500 millions d’euros par an. Mais qui sont les vrais gagnants ? Les viticulteurs, du moins ceux qui acceptent de brader leurs bouteilles ? Les clients ? Ou bien les supermarchés, qui tentent de monter en gamme avec des soirées privées et la présence de sommeliers dans les rayons ?



Les invités

Bruno MAUREL, propriétaire du château d’Astros, à Vidauban, l’un des plus beaux domaines viticoles du Var.
Le, ou plutôt les châteaux, sont dans sa famille depuis l’époque napoléonienne. Bruno Maurel aurait pu se contenter de cette destinée familiale. Il a aussi embrassé les ordres, pour devenir prêtre du diocèse de Marseille tout en continuant à gérer son domaine viticole, ses vergers de pommiers, mais aussi les touristes de plus en plus nombreux à profiter de la beauté des lieux.

Brice EYMARD, directeur général du Conseil interprofessionnel des vins de Provence.
La stratégie de développement de la viticulture, mais aussi l’avenir des côtes de Provence, des côteaux d’Aix ou des côteaux varois, c’est lui. Il veille à la destinée de plus ou moins 175 millions de bouteilles chaque année…

 

 

 

 

 

 

paca.france3.fr

 

Suivez-nous sur :
Facebook Provence-Alpes / instagram Provence-Alpes / twitter @France3Provence 
Facebook Côte d'Azur / instagram Côte d'Azur / twitter @F3cotedazur

logos