Temps fort SEM 49 2019 - soirée spéciale maltraitance infantile

Télécharger la version PDF
La maladroite et enfants maudits

Soirée spéciale maltraitance infantile

Film la maladroite suivi d'un documentaire : enfants maudits

  • Inédit

  • Mercredi 4 décembre à 19h25 et à 20h50

  • SUR POLYNÉSIE LA 1ÈRE

Jean-François Baumard/LM Films/

Soirée continue sur la maltraitance infantile à l'occasion des 30 ans de la Convention internationale des droits de l'enfant sur Polynésie la 1ère, mercredi 4 décembre 2019 à 19h25. Une fiction suivie d'un documentaire inédit.

Film : la maladroite à 19h25

Stella a 6 ans mais rentre pour la première fois à l'école. Joyeuse, exubérante -un peu trop peut-être- c'est une enfant attachante, mais souvent absente. Santé fragile se justifient les parents. Chutes par maladresse explique Stella quand Céline son institutrice découvre des bleus suspects sur le corps de l'enfant. Alors maltraitance ou réel déficit immunitaire ? Le doute s'installe et hante ceux qui rencontrent l'enfant. Inquiète, Céline note chaque blessure jusqu'au jour où la famille déménage sans prévenir.


Note d'intention :
Comment est-il possible qu’aujourd’hui en France qu’un enfant meurt tous les 5 jours sous les coups de leurs parents ou de leurs proches ? Cette question nous hante à chaque nouvel infanticide. Pour sortir de  l’incompréhension, de la sidération et de l’indignation, justes mais non suffisantes nous avons fait ce film.
La Maladroite témoigne de la vie d'une petite fille de 6 ans, héroïne d’une existence de souffrance et d’endurance et avec elle, de celle de tous les enfants dont on ne finit pas d'égrener les noms. Si aujourd’hui, la parole se libère autour des femmes battues, celle des enfants n’existe pas. Enfermés dans un épais silence, les enfants se taisent, souffrent et meurent. Prisonniers de leurs  liens familiaux. Impuissants face à la toute-puissance  des adultes. A travers cette fiction nous avons cherché à comprendre l’aveuglement, la surdité et souvent les défaillances de notre société qui n’arrive pas à remplir son devoir : protéger les enfants.« Il faut toujours dire ce que l'on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l'on voit. »C’est cette phrase de Charles Peguy qui définit notre ambition pour La Maladroite. Pour qu’à l’avenir il n’y ait plus un seul enfant battu à mort en France.

Martine Lheureux, productrice

 

Documentaire : Enfants maudits à 20h50

Récompensé au Festival des création télévisuelles de Luchon 2019 : Prix de la Réalisation et prix du Public. Sélection FIPA 2019.

Au tout début du XX éme siècle, ce documentaire-fiction nous plonge dans la Petite Roquette, le terrible pénitencier des enfants à Paris. Une histoire cachée et dérangeante, exhumée grâce à la découverte exceptionnelle de leurs lettres écrites du fond de la prison. De jeunes comédiens se sont saisis de leurs écrits, pour devenir aujourd’hui leurs portes voix et ressusciter leurs âmes tombées dans l’oubli. Des documents exceptionnels qui sont le socle de cette reconstitution historique.
Rasée en 1974, la bâtisse d’allure médiévale de prés de 500 cellules, où les plus jeunes condamnés avaient seulement 6 ans reste un lieu absent de la mémoire collective ainsi que des archives officielles.
Mais quand les traces des ces enfants maudits semblaient s’être évanouies, une centaine de leurs lettres ont été retrouvées. Leurs mots poignants, jetés du fond de leurs cellules nous révèlent leur calvaire vécu dans un régime carcéral inhumain. Une vérité historique exhumée par ce film, indigne de République.

Note d'intention :
Après avoir consacré des documentaires sur l’enfermement des mineurs à perpétuité aux USA, ou encore en plongeant dans le système français des tribunaux pour enfants que je me suis intéressé au jeunes français traduits en justice avant 1945 et à la Petite Roquette. « Une maison d’éducation surveillée »,  comme on l’appelait , en vérité un véritable mouroir. Les journalistes ont été les premiers dans les années trente à faire apparaître une vérité cachée, ils ont fait campagne pour dénoncer les traitements scandaleux imposés alors aux enfants détenus.

Le film, les enfants maudits s’inscrit dans cette lignée il se pose comme un témoignage des maltraitances cautionnées par l’Etat,  que les enfants même délinquants ne devraient plus jamais connaître.

La thématique portée par ce documentaire reste à mes yeux toujours d’actualité. La délinquance des mineurs, étant un sujet autour duquel on attise sans cesse peurs et démagogie. A fortiori quand la marginalisation d’une jeunesse paumée inquiète, et que l’on compte sur l’augmentation des places de prison pour rassurer les français.

 Hier déjà,  la Petite Roquette n’était rien d’autre qu‘une école de la récidive, la voix royale pour le bagne. Aujourd’hui rien n’a changé, l’enfermement reste toujours une impasse qui produit dans 70 % des cas un retour en prison. Et comme par le passé le déterminisme social,  reste un facteur clé du parcours des mineurs confrontés à la Justice…

La Maladroite - Teaser

[EXTRAIT] « La Maladroite », piscine

  • ENFANTS MAUDITS
  • ENFANTS MAUDITS
  • ENFANTS MAUDITS
  • ENFANTS MAUDITS