Temps fort

Télécharger la version PDF
Kid Reporters #12

LES INSTITUTIONS

Entretien avec le Président du Pays

  • Jeunesse

  • Inédit

  • Dimanche

  • Sur Polynésie la 1ère

Kid Reporters #12

Ce dimanche à 18h10, sur Polynésie la 1ère, les Kid Reporters vous emmènent visiter les institutions du Pays ! L’objectif des Kid Reporters aujourd’hui est de nous éclairer sur les différentes institutions politiques que comprend notre pays. Comment fonctionne la Polynésie française ? Grâce à quelles institutions ?

1/ - Le Président et son gouvernement 

Chaque semaine le Président du Pays se retrouve avec ses 10 ministres. Chaque ministre est en charge d’un service comme l’éducation, la culture, la jeunesse et les sports, la santé, le budget… Le vice-président et les ministres sont choisis par le Président du Pays. Et le Président du Pays est lui-même élu pour 5 ans, par les membres de l’Assemblée. Son mandat est renouvelable une fois.

2/ - L’Assemblée de Polynésie française

Composée de 57 membres, élus pour 5 ans par la population, ils représentent les 5 archipels de Polynésie. Ils sont répartis par section électorale, proportionnellement au nombre d’habitants :

  • Iles du vent
  • Iles sous le vent
  • Tuamotu Ouest
  • Tuamotu Est-Gambier
  • Les Marquises
  • Les Australes

Le Président de l’Assemblée, Gaston Tong Sang, est élu parmi et par les représentants de l’Assemblée.

L’Assemblée se réunit deux fois par an en session ordinaire d’une durée de 90 jours : l’une dite administrative au 2è trimestre, et l’autre pour voter le budget à la fin de l’année. Elle se réunit exceptionnellement en session extraordinaire. En dehors de ces périodes, elle peut se réunir en session extraordinaire. Il y a aussi entre chaque session des commissions permanentes, composées de 21 membres, qui se réunissent pour préparer, travailler et modifier les textes débattus à l’Assemblée.

3/ - Le CESEC

A quelques pas de la Présidence se trouve le CESEC, le Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel. Le nom a changé récemment. Il s’appelait le CESC. Ils ajouté un E comme environnement. Le CESEC fait la jonction entre les institutions et la population. Il donne son avis sur les propositions et projets de loi à caractère économique, social, environnemental et culturel. Quand c’est un texte proposé par le gouvernement, ça s’appelle un projet de loi. Quand il est proposé par l’Assemblée, ça s’appelle une proposition de loi. Il se compose de 48 membres élus pour 4 ans répartis à parts égales entre 4 collèges : entrepreneurs, salariés, développement et vie collective.

4/ - Le Haut-Commissariat

À côté des institutions polynésiennes, il y aussi le haut-commissaire de la République française. Jusqu’en 1977, le représentant de l’Etat en Polynésie française s’appelait le gouverneur. Il devient à partir de cette date le Haut-Commissaire de la République en Polynésie française.

Dans chacun des 5 archipels de la Polynésie, un administrateur d’Etat est délégué du Haut-Commissaire. La journée type d’un Haut-Commissaire est faite de beaucoup de rencontres et de réunions. Notamment chaque matin, il réunit son secrétaire général, son directeur de cabinet et ses 5 administrateurs d’Etat. Il y en a un dans chaque archipel et représentent le Haut-Commissaire. Ils font ainsi le point sur les différents dossiers et projets en cours. Il participe également à des événements pour représenter l’Etat français, comme ici lors de l’inauguration de nouveaux logements.

Nous avons un haut-commissaire car nous avons un statut de Communauté d’Outre-mer. Pour expliquer tout ça, il faut comprendre que la France est faite de différents territoires, les territoires ultramarins, qu’on appelait avant les DOM-TOM. Depuis la révision de la Constitution en 2003, on les appelle les DROM-COM. Il existe 5 départements et régions d’outremer : la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion et Mayotte. Ils sont comme un département français. En revanche, la notion de TOM, c'est à dire de territoire d'outre-mer a été remplacée par celle de collectivité ou communauté d'outre-mer. On peut dire les deux. Il y a Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélémy, Saint-Martin, Wallis-et-Futuna, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française. Ca veut dire que ces territoires ont une autonomie. Ils peuvent se fixer des lois, se gouverner dans certains domaines. Donc c’est ça la différence !

HUGO : Si on veut être vraiment complet, il faut encore ajouter deux territoires français : Clipperton et les Terres australes et antarctiques françaises comme Kerguelen et Terre Adélie. Mais ils ont des statuts un peu spéciaux car ce sont des îles inhabitées.

Ces 4 institutions en Polynésie française sont toutes basées à Papeete, sur l’île de Tahiti, autour de la rue Pouvanaa a O’opa mais… elles gèrent un territoire aussi grand que l’Europe !

Barre-separatrice

La question du jour

Quelles sont les 4 institutions de la Polynésie française ? Cherchez l’intrus :

  1. Le Président
  2. Le gouvernement
  3. Le Rectorat
  4. Le CESC
  5. L’Assemblée

Si vous n’avez pas la réponse, revisionnez le reportage en replay sur le site internet www.polynesie.la1ere.fr

Suivez-nous aussi, les Kidreporters, sur facebook, YouTube et Instagram !

Barre-separatrice

Extrait de l’interview des Kid Reporters auprès du Président Edouard Fritch :

 

  • Hugo : Nous sommes en présence d’Edouard Fritch, le Président de la Polynésie française. Nous allons lui poser quelques questions. Quel est le rôle de Président ?
  • Edouard Fritch : Le rôle du Président, c’est d’organiser le travail du gouvernement. J’essaie de diriger les travaux des différents ministères pour que ces travaux se réalisent dans de bonnes conditions.
  • Eden : Est-ce quand tu étais petit, tu rêvais d’être Président ?
  • Edouard Fritch : Non, quand j’étais petit, c’était loin de moi l’idée d’être Président. Et c’était même loin de moi l’idée de faire de la politique. Plus jeune, quand j’avais votre âge, cad 12-13-14-15 ans, je voulais être ingénieur de travaux, je voulais m’occuper du sport, parce que j’en faisais beaucoup à l’époque, et puis surtout j’ai un dada, j’aime la musique. Donc je voulais tout faire, sauf faire de la politique. Et puis lorsque j’ai terminé mes études, eh bien je suis devenu un politicien.
  • Tamatika : Il faut avoir quel bac pour devenir Président ?
  • Edouard Fritch  : Si vous voulez, il n’y a pas un profil type pour être Président. Pour être Président, il faut commencer par être dans la politique, parce qu’il faut se faire élire par la population, passer par l’Assemblée de Polynésie française, et puis après voilà.
  • Eden : Et qu’est-ce que tu feras quand tu auras terminé ton métier de Président ?
  • Edouard Fritch : Eh bien, je vais prendre ma retraite, figure-toi.
  • Vaihani : Tu aimes bien ton métier ?
  • Edouard Fritch : Ouais, c’est pas mal ! C’est vrai que… (rires) C’est important ce que tu dis, car je pense qu’on ne peut pas faire bien son métier si on n’aime pas d’abord ce métier. D’ailleurs je vous souhaite demain quand vous allez avoir un travail d’aimer votre travail parce que sinon pendant toute ta vie, tu vas aller travailler sans aimer le travail, c’est l’horreur.
  • Eden : Est-ce que tu peux donner un message pour les enfants de toute la Polynésie ?
  • Edouard Fritch : Le principal message que l’on peut passer, c’est le message de Vaimalama d’ailleurs, hein, quand elle dit que l’éducation c’est la priorité. Il faut se battre lorsque les parents sont là pour vous aider, il faut profiter de ce fait là pour pousser les études le plus loin possible.

La dernière ? Non, ce n’est pas la dernière ? Bon, ok on y va !

  • Hugo : Quel âge as-tu ?
  • Edouard Fritch : Alors moi aujourd’hui, je suis né en 1952, donc j’ai 67 ans. Tu vois j’ai même oublié mon âge !
  • Vaihani : Moi je croyais que tu avais 40 ans !
  • Edouard Fritch : Eh, merci beaucoup. Tu sais, tu es une fille très sympathique. Si tu pouvais répéter ça tout le temps, ça me fera beaucoup plaisir.
  • Vaihani : Ca fait quoi d’être Président ?
  • Edouard Fritch : Ca fait quoi ? Je te dirai ça à la fin de mon mandat.