Communiqué du 08 décembre 2019

Télécharger la version PDF
Yvan Hallouin

Paname autour de la rue de Turenne

Dimanche 8 décembre à 12h50

Paris Île-de-France
Pour ce nouvel inédit, Yvan nous balade sur une artère bordée de commerces, d’hôtels particuliers, une rue chic du Marais qui a été construite sur le tracé d’un ancien égout en 1560, la rue de Turenne.

Yvan nous fait pénétrer dans certains de ces hôtels particuliers et commence par celui devenu l'Atelier Mériguet-CarrèreLaurent Gosseaume, son Président l’accueil et nous explique que l’atelier excelle dans le travail du cuir de Cordoue, de la dorure, de la restauration de toiles et de boiseries grâce à la technique du trompe-l’œil, une technique héritée des traditions du XVIIe siècle, qui reproduit les essences de bois, de marbre, de tissu, de nacre à l’aide de pinceaux et de pigments…. L’imitation est parfaite et l’on fait appel à Mériguet-Carrère dans le monde entier.  

Changement de décor et de matières, rencontre avec Samuel Coraux, créateur de bijoux. Il travaille le verre de Murano, le PVC, le bois…  ses bijoux contemporains, colorés, ludiques et excentriques sont vendus à 80 % à l’étranger dans les boutiques de musées d’art moderne.

Il retrouve Frédérick Gersal à la fontaine de Joyeuse. Edifiée en 1847,  elle était alimentée par l’eau du canal de l’Ourcq.  Ensemble ils pénètrent dans la bibliothèque des Amis de l’Instruction. Le but de cette bibliothèque populaire de 1861 était de prêter des livres afin d’apporter le savoir, l’instruction avec des ouvrage de sciences, d'histoire, de droit mais aussi des romans à toutes et à tous. Véritable conservatoire de la lecture populaire, la BAI a conservé son décor du XIXe siècle.

Après, direction le MAIF Social Club, un bâtiment qui a abrité successivement au XIXe siècle une pension dont Balzac en fut élève, un commerce de plombs de chasse, un séchoir à éponges, un magasin de jouets, une fabrique de fausses fourrures, un mémorial temporaire de la Shoah, une partie des archives nationales de France.  Depuis 2017, il est devenu le MAIF Social Club, sorte de place de village au cœur du Marais, où l’on peut boire un café, visiter une expo, suivre un atelier ou un débat ciblé sur l’engagement et la citoyenneté. Et tout cela gratuitement !

A proximité il rencontre Kaméra Vesic, directrice de Pik Pik Environnement, une association d'intérêt général, qui a pour but l'éducation à l'éco-citoyenneté et à l'environnement urbain. Yvan va  apprendre à faire lui-même sa lessive.

Et pour finir en remontant la rue de Turenne, il s’arrête au Champop Galerie. Une galerie d’art pas comme les autres où se côtoient des artistes connus ou émergents de style Pop Art et Street Art. Le couple Valès les fondateurs, proposent aussi un bar à champagne et à eau venus de pays différents pour prendre un verre tout en découvrant les quelques 50 œuvres des artistes.