A l'occasion de la Journée mondiale des océans, La 1ère vous propose une programmation spéciale avec des documentaires qui rappellent l'urgence à agir.

Dans ce documentaire, Daniel Picouly nous fait découvrir le parcours d’Ismaël, un Polynésien doté d'une détermination sans borne, qui a osé franchir les portes du grand large à la nage. Si son arrière-grand-père chevauchait déjà les baleines, Ismaël nage aujourd'hui pour réhabiliter la sagesse polynésienne et les valeurs environnementales chères à ses ancêtres.

ARANUI, LE LONG VOYAGE D'ISMAEL

Marquisien d'origine, Ismaël est à l’aube de son plus grand défi. Après vingt ans passés dans l'Hexagone, loin de son archipel de naissance, il se prépare à rejoindre le Henua Enana, « la terre des hommes », l'un des archipels de la Polynésie française connus de nos jours sous le nom d'îles Marquises. Son voyage entre les îles habitées des Marquises est ponctué par des périodes de nage spirituelle et méditative. Il s’agit pour le Marquisien d’un acte de foi. Une réponse à l’appel de l’océan. Lors de ses escales à terre, il va à la rencontre de personnalités impliquées dans la culture de sa communauté. Pour régler sa dette à l’océan et témoigner du réveil culturel marquisien.

Dans ce film, suivez l’odyssée d’Ismaël Patu Huukena dans une aventure extraordinaire, un défi spirituel qui le mène à rejoindre à la nage cinq des quatorze îles de l'archipel des Marquises, dans l'océan Pacifique.
Lors des quatre traversées à la nage qui ponctuent ce voyage, Ismaël est amené à rencontrer de nombreuses formes de vie marine, mais aussi à composer avec les caprices météorologiques et maritimes du Pacifique. Ce contact avec l’océan est au cœur de sa quête initiatique. Ainsi, chaque traversée est l’occasion de découvrir la relation très particulière qui existe entre Ismaël et l’océan Pacifique.
Son aventure débute à son arrivée sur l’île d'Ua Pou, venant de Tahiti, en compagnie de Teve Kahia, le maire de l’île.


Documentaire - Réalisation : Jean-Charles Granjon - Narration : Daniel Picouly - Production : Bluearth Production - Durée : 52 min  - Année : 2017

Ce documentaire invite à découvrir ou redécouvrir la richesse insoupçonnée d’un des plus beaux ensembles coralliens du Pacifique, le lagon Calédonien. Un voyage dans les profondeurs pour s’émerveiller devant les splendeurs de la mer, pour comprendre encore davantage l’océan et aider à le protéger.

Nouvelle-Calédonie, les pépites du lagon

Dans le cadre de ses grandes missions de découverte, le Muséum d’histoire naturelle de Paris organise des expéditions afin de recenser la biodiversité marine et terrestre. Créé depuis plus de dix ans, ce programme ambitieux s'intitule « La planète revisitée ».

En septembre 2018, des chercheurs venus du Japon, d’Allemagne, des Philippines, de Russie… avec le soutien de plongeurs, d’intervenants et de scientifiques calédoniens  se sont retrouvés à Koumac, dans l’extrême nord de la Nouvelle-Calédonie. Leur objectif : collecter et peut-être découvrir de nouvelles espèces — une aventure scientifique exaltante que nous allons suivre au plus près.
Cette équipe pluridisciplinaire, regroupant 11 nationalités, emmenée par Philippe Bouchet, du Muséum d’histoire naturelle, s’est installée au bord du lagon Calédonien, classé au Patrimoine mondial de l’humanité, l'un des plus grands du monde, .

Chaque jour, en plongée ou à pied, les chercheurs ont récolté des centaines de spécimens de crevettes, de petits invertébrés ou de crabes… qui ont été traités directement sur place dans un petit laboratoire dédié à l'opération.
De nombreuses espèces ont été recensées, mais il faudra plusieurs années pour évaluer l’ampleur des découvertes. Parmi elles, l'une des plus extraordinaires, les nudibranches, véritables pépites du lagon, vont révéler leur beauté et leurs secrets. 
Une expédition intégrée à l’environnement calédonien puisque les chercheurs ont sollicité les tribus kanak de la région de Koumac pour leur connaissance des fonds marins.

 

Documentaire - Réalisation : Lionel Boisseau - Production : Pois Chiche Films, avec la participation de France Télévisions - Durée : 110 min - Année : 2018

Dix ans après sa première dérive arctique, la mythique goélette Tara se lance dans une nouvelle grande expédition baptisée « Tara Pacific 2016-2018 ». Son objectif : étudier le corail du plus grand océan du monde pour percer le mystère de cet animal encore méconnu, dont la vie n’a jamais été autant menacée.

TARA EXPEDITIONS

Dix ans après sa première dérive arctique, la mythique goélette Tara se lance dans une nouvelle grande expédition baptisée « Tara Pacific 2016-2018 ». Son objectif : étudier le corail du plus grand océan du monde pour percer le mystère de cet animal encore méconnu dont la vie n’a jamais été autant menacée. Face aux phénomènes climatiques et humains, le corail voit en effet son équilibre largement bouleversé et fragilisé. Il devient urgent d’en apprendre davantage sur cette véritable forêt tropicale sous-marine qui abrite des milliers d’espèces, et de trouver les moyens de mieux préserver cet environnement apparu il y a plus de 250 millions d’années.

Dans l’exploration de ce monde invisible, Tara s’apprête à plonger au cœur de la vie. Une mission qui débute en Polynésie et qui, des récifs de Moorea jusqu’aux atolls du Tuamotu, dans le sillage des marins et des scientifiques, nous entraîne au contact des populations insulaires directement touchées par la disparition du corail.

Ce documentaire de 52 minutes retrace la première étape de cette aventure humaine et scientifique à travers laquelle Tara fait revivre l’esprit des grands explorateurs du passé et renoue avec la tradition des voyages au long cours, parfois dans les environnements les plus reculés de la planète.

 

Documentaire - Réalisation : Pierre de Parscau - Narration : Jacques Gamblin - Production : The cup of tea, Fondation Tara Expéditions et CNRS Images, avec la participation de France Télévisions et du CNC - Durée : 52 min

 

Raimana habite Tahiti face à la vague de Teahupoo. Il est connu de tous les surfers du monde entier car sans lui, affronter ce monstre d’écume s’avère être une aventure plus que périlleuse. C’est pour cette raison qu’une major d’Hollywood fait appel à lui pour le tournage de « Point Break 2 », la suite du film mythique du surf à Tahiti. Une occasion unique d’entrer dans le monde de Raimana au moment du tournage de ce futur blockbuster…

RAIMANA WORLD

A Tahiti, au bout de la route nationale, Teahupoo est un lieu paisible en apparence. Mais au large gronde une vague impressionnante qui a rendu célèbre cette commune. C'est ici qu'habite Raimana Van Bastolaer. Le Tahitien, qui monte sur sa planche tous les jours depuis l'adolescence, est devenu une référence au fil du temps. Et même si, à chaque fois qu'elle se déchaîne, les surfeurs du monde entier accourent pour affronter ses rouleaux, tous comptent sur son expérience. Un studio hollywoodien a fait appel à lui pour le tournage du remake de « Point Break », le célèbre film de surf.

 

Documentaire - Réalisation : Antoine Laguerre - Production : ADLTV - Durée : 52 min - Année : 2015