Communiqué du 17 mai 2019

Télécharger la version PDF
es

Envoyé spécial – Changement de sommaire

Jeudi 23 mai 2019 à 21 heures

Information

Envoyé Spécial

Jeudi 23 mai 2019 à 21 heures

 

Le business de nos émotions
Un reportage Laure Delalex avec Upside Télévision
 

Imaginez : vous regardez une publicité et la moindre de vos réactions est filmée et décortiquée. Vous poussez un caddie dans les rayons du supermarché, votre fréquence cardiaque est analysée. Vous dégustez un nouveau produit, votre cerveau est scruté à la loupe… Bref, toutes vos émotions de consommateurs sont passées au crible par les professionnels du marketing !

Ce n’est pas de la science-fiction mais bien la réalité. Au quotidien, 80% de nos actions sont commandées par nos émotions. Alors de grandes marques font désormais appel aux neurosciences pour tout connaître de leurs clients, jusqu’à leur inconscient ! Objectif : comprendre leur ressenti pour les pousser à acheter toujours plus.Envoyé Spécial dévoile les secrets - et les dérives - de ce nouveau « marketing émotionnel » qui sait tout de vous, avant même que vous ne le sachiez vous-même…

 

barre séparatrice

 

Accusés à tort 
Un reportage de Nicolas Bourgouin avec Bangumi

Le 15 mars 2019, un instituteur de 57 ans, Jean Willot, se suicide après avoir appris qu’il faisait l’objet d’une plainte pour violences aggravées à l’encontre d’un élève de 6 ans. Minute de silence, marche blanche. L’émotion de la communauté enseignante est considérable. Certains profs accusent leur administration d’avoir tardé à accompagner Jean Willot, le laissant seul avec sa plainte. Pourtant, selon la loi, l’Etat est tenu de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes.

Comment l’éducation nationale gère-t-elle ces cas sensibles alors que de plus en plus de parents portent plainte contre les profs, parfois pour de fausses raisons ?

Envoyé spécial a enquêté sur ces profs et instits accusés à tort, qui se sentent lâchés par l’éducation nationale.



barre séparatrice

 

Les enfants vendus du Sri Lanka 
Un reportage de Nicolas Bertrand avec Caravelle Productions


1500 Français ont été adoptés au Sri Lanka pendant les années 1980. Tous ne le savent pas mais ils ont peut-être été victimes d'un trafic d'enfants. A l’époque, le flou juridique entourant les adoptions a permis à certains intermédiaires peu scrupuleux de s'enrichir en créant des "fermes à bébés" : des établissements dans lesquels des mères sri lankaises démunies ont été poussées à donner ou à vendre leur progéniture. Pire, certaines ont vu leur nouveau-né volé à l'hôpital ! Ces enfants, devenus adultes, veulent aujourd’hui connaître la vérité, aussi difficile puisse-t-elle être.

De la France au Sri Lanka, l'équipe d'Envoyé Spécial a suivi deux trentenaires, Champika et Rohan, dans leur quête d’identité.