Temps fort s43

Télécharger la version PDF
Mini-Série

IRENE

  • du lundi au vendredi à 18h45

  • sur Guadeloupe la 1ère

Visuel

Irène, la première série des lycéens du BTS audiovisuel du LPO de Pointe-Noire, débarque ce lundi à 18h45 sur Guadeloupe 1ère !

C'est l'histoire de la rencontre d'Irène, jeune fille issue d'un milieu aisé, avec un homme considéré comme marginal. C'est « la rencontre entre deux mondes : le petit peuple et la classe moyenne » , explique le réalisateur.

Irène marche et exprime un bien-être que des observateurs envient et souhaiteraient partager avec elle. Sa fierté, sa démarche de jeune femme prête à affronter la vie, bien dans sa peau énervent son entourage. Elle travaille, affirme son autonomie et chaque jour emprunte les mêmes ruelles de sa ville, ce qui provoque les mêmes réflexions. Elle, qui ne s’enferme dans aucun regard et évacue tous les quolibets, n’a jamais cessé de croire en elle en dépit de cette pression et agressivité permanente.

Ce matin elle fait une drôle de rencontre, face à la violence sa réaction est pour le moins troublante. Ce qui est en apparence une simple coïncidence, un fait anodin de son environnement, s’impose à elle comme une obsession, une peur. Sous le coup de l’émotion, elle semble se focaliser sur l’importance de la vie et se rappelle des lieux de son éducation religieuse. Mais sortie de l’église elle demeure toujours dans la jungle.

C’est ce genre de journée où l’on ferait mieux de rester au lit et l’on regrette d’avoir cédé aux cris du devoir…

 

Série télévisée de 10 épisodes, réalisée par des étudiants du BTS Audiovisuel du LPO de Pointe-Noire (promotion 2015-2017) - durée : 6’ 

 

visuel

 

 

Note d'intention

La violence se loge au quotidien dans les propos, les regards, les attitudes et les comportements 
multiples. Irène, une jeune femme qui n’a jamais connu de difficultés est dans une situation 
enviable mais ne se laisse enfermer dans aucune prison. Elle perçoit un salaire qui lui suffit 
pour mener une vie sans préoccupation du lendemain. Aujourd’hui, Irène s’englue dans un 
cycle infernal ou les événements la dépassent. Elle est belle, désirable, satisfaite d’elle-même 
et découvre les affres d’un monde parallèle. Son combat pour garder son travail ne l’autorise 
guère à prêter attention à des ambiances où fusent mépris et regards dédaigneux. Jadis croyante 
et distante, désormais cette période d’assurance s’achève. Sur son chemin s’invite cette violence qui forge le quotidien de la vie en Guadeloupe. En la  décrivant on la comprendra mieux, la combattra mieux ou peut-être on se résignera. Les campagnes successives relatives aux désarmements de la population ne montrent toujours pas le retour au calme. Cette répétition insupportable est au coeur de la résignation d’une grande majorité de Guadeloupéens et montre qu’une certaine peur taciturne provoque indifférence et banalisation des actes. 

La vie d’Irène bascule dans un vide et elle ne sera plus jamais la même personne. Je veux 
montrer comment la violence gangrène notre société et comment enfermés dans notre égoïsme 
nous avons tourné le dos à une tradition sociale et une solidarité qui faisaient notre réputation. 
Les barrières de plus en plus hautes des propriétés ne suggèrent pas l’hospitalité mais l’insolente 
réussite de quelques uns et le drame social que traverse notre région. 

Il s’agit pour moi de mettre en perspectives ces inégalités et le grand chantier qui attend Irène. 
Irène insouciante deviendra Irène consciente militante, investie d’une mission. Le fait de 
montrer les contradictions du pays Guadeloupe éclaire les champs du nouveau dialogue social. 
Irène s’interroge sur le pourquoi des injustices. Elle est plus attentive à des attitudes indécentes 
qui ne l’interpellaient pas. C’est ce changement de comportement que je veux montrer et ses 
effets sur l’entourage proche ou éloigné d’Irène. 

Je veux parcourir, illustrer et dresser le tableau des mouvements forts qui fondent l’identité et 
la notoriété de la Guadeloupe Il s’agit de laisser Irène mener son nouveau combat, de lui fixer 
une démarche en matière de recherche de solidarité et de respect. 

Irène a payé le prix fort pour son insolence, son maintien à distance des autres et son 
détachement de son quartier. Et son indifférence qui était perçue comme une violence a disparu. 
Il faut mettre en lumière l’immobilisme de personnes qui partagent le même socle culturel face 
aux victimes de braquage, d’insolence et de violence, tous ces comportements qui révèlent la 
profondeur de la fracture sociale. Mais on tient à prouver que la violence même si elle appelle 
la violence n’est pas une solution viable dans le futur. 

Irène devient un liant social intergénérationnel, un réceptacle sans fond ni couvercle et diffuse 
des ondes positives en mettant face à face des gens qui se détestaient et se méprisaient sans 
jamais se rencontrer. 

Stanley Manicord, réalisateur