Communiqué du 09 septembre 2020

Télécharger la version PDF
visuel

Film documentaire inédit dans "HORIZONS

CAMARADE JEAN

Mardi 29 Septembre 2020 à 20.05

Guadeloupe
Cette semaine dans " Horizons ", découvrez le documentaire inédit " Camarade Jean", un film signé Franck SALIN, qui retrace le parcours de Louis Théodore, producteur agricole et militant indépendantiste guadeloupéen.

 

Louis Théodore est producteur de fruits et légumes. À la tête d’une importante coopérative agricole en Guadeloupe, il milite aujourd’hui pour la souveraineté alimentaire de son île. Cet octogénaire alerte et volontaire a eu une vie aussi peu connue qu’exceptionnelle : il fut l’un des fondateurs du mouvement indépendantiste guadeloupéen, connut la clandestinité, changea d’identité pour devenir « Camarade Jean », croisa la route des plus grands révolutionnaires de la planète parmi lesquels Mao Zédong et Che Guevara. À travers son récit, des images d’archives et les témoignages de ceux qui l’ont accompagné ou combattu dans sa lutte pour l’indépendance, ce film relate un pan de l’histoire tumultueuse de la Caraïbe, de la France et du monde.

 

Un film documentaire écrit et réalisé par : Franck Salin - durée : 66 minutes - année de production : 2020 - format : HD – 16/9 - langues : créole, français – sous-titrages français. - coproduction : Beau Comme une Image (BCI), Beau Comme les Antilles (BCA), Guadeloupe La 1ère, Martinique La 1ère, France Télévisions. Avec le soutien du CNC, du Procirep, de l’Angoa et de la Région Guadeloupe.

 

 

 

visuel

 

  • visuel
  • visuel
  • visuel
  • CAMARADE JEAN
  • visuel
  • visuel

 Note de l’auteur-réalisateur Franck SALIN

 

visuelLe 20 octobre 2014, dans la commune de Trois-Rivières en Guadeloupe, à la veillée mortuaire de mon père, le Dr Jacques Salin, deux septuagénaires s’approchent de moi et me présentent leurs condoléances. Il s’agit de Claude Makouke et Louis Théodore dit « Camarade Jean », les fondateurs du mouvement indépendantiste guadeloupéen. Me revient alors en mémoire une demande de mon père qui, dans les années 1980, était porte-parole de l’UPLG (l’Union pour la libération de la Guadeloupe), le principal parti indépendantiste de l’île. Durant les années précédant sa mort, il m’avait incité à recueillir les témoignages des initiateurs du mouvement nationaliste avant qu’ils ne passent tous l’arme à gauche, afin de laisser une trace de l’action de ces hommes qui avaient, disait-il, changé la face de la Guadeloupe. Sans mesurer l’urgence de cette requête – mon père est décédé à l’âge de 64 ans –, je lui avais fait cette promesse que je m’efforce aujourd’hui d’honorer.

Je n’ai pas filmé les longues discussions, quelquefois houleuses, que mon père et moi avons eues au sujet de l’indépendance, mais elles irriguent ce projet de documentaire. De mes échanges avec lui et de nombreux membres du courant nationaliste, une figure se détache clairement : celle du « Camarade Jean », l’idéologue et cofondateur du mouvement. Personnage charismatique, énergique et secret, il nous raconte l’histoire de sa vie, laquelle se confond avec celle du mouvement qu’il a créé, en nous présentant les lieux marquants et les personnes clés qui l’ont accompagné ou combattu dans cette épopée qui, jusqu’à ce jour, n’avait jamais été portée à l’écran...

Dans ce film, je suis le « Camarade Jean » dans son combat quotidien pour le développement et la commercialisation de la production agricole locale. Un combat qui plonge ses racines dans l’engagement politique de ses jeunes années.

Un parcours à travers lequel j’ai voulu éclairer les origines du mouvement patriotique et les raisons qui ont motivé ses initiateurs, relater les principales actions qu’ont menées ces derniers pour atteindre leur objectif, et tenter de comprendre pourquoi, finalement, la Guadeloupe n’est pas devenue un Etat indépendant à l’instar de ses voisins de la Caraïbe. Dans cette enquête, je m’attacherai en premier lieu au récit de Louis Théodore dit Camarade Jean, dont le récit de vie m’a servi de fil conducteur. Un récit enrichi des témoignages d’autres acteurs clé de cette histoire. Principalement, Josy Saint-Martin (son épouse et compagne de lutte), Claude Makouke et Rosan Mounien (ses amis et respectivement anciens responsables du parti UPLG et du syndicat UGTG), et Luc Reinette (qui dans les années 80 initia une lutte plus radicale, sous la bannière des organisations MPGI et ARC).

Je n’ai ni l’intention ni la prétention de présenter l’Histoire avec un grand H du mouvement nationaliste guadeloupéen. Il faudrait des travaux universitaires plus nombreux et faire plusieurs films pour atteindre un tel objectif. Cependant, avec ce documentaire, je souhaite faire découvrir « une » certaine histoire du mouvement indépendantiste à travers le parcours d'un homme et de ses associés. Une approche subjective qui éclaire un pan de l’histoire de la Guadeloupe et suscitera, je l’espère, la réflexion des générations présentes et futures. Une approche qui résonnera bien au-delà de l'archipel guadeloupéen, en France hexagonale et dans tout l'Outre-mer, puisque cette volonté d'indépendance a traversé quasiment tous les départements français et collectivités d'outremer des années 1960 à nos jours.

J’ai illustré les témoignages que j’ai recueillis avec des archives photo, vidéo et sonores récoltées dans des fonds publics et privés. Les archives sur le mouvement nationaliste guadeloupéen étaient riches et inexploitées. J’ai donc eu le désir de les exhumer pour les donner à voir à un plus large public.