Temps fort

Télécharger la version PDF
"L'homme qui voulait savoir", puis "Hier les cendres"

Une soirée, deux documentaires

  • Lundi 10 juin 2019 après le Soir/3

  • Sur France 3 Grand Est en Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine

Soirée docus 10 juin 2019  CREDIT FTV

France 3 Grand Est vous propose une soirée documentaire sur le besoin de mémoire, la recherche de justice et de vérité, face à la guerre et ses meurtrissures.

 

Après le Soir/3 :  L'HOMME QUI VOULAIT SAVOIR

Une famille de « collabos », d’après la rumeur… C'était en août 1945. Marie Sublon, sa fille et son petit-fils sont retrouvés morts dans une ferme isolée de la vallée vosgienne du Rabodeau.

Cinq ans plus tard, une lettre anonyme dénonce Fernand Caritey, le chef local de la Résistance. Lors de son procès, il sera reconnu coupable de ces meurtres, mais finalement acquitté.

Plus de 70 ans après les faits, un homme épris de justice, Gérard Villemin, veut rompre le silence et affronter les tabous d’une des pages les plus sombres de la résistance française. Il s'appuie sur les minutes du procès, les témoignages. 

Qui étaient les vrais collabos, les faux résistants ?

 

L'homme qui voulait savoir CREDIT Supermouche Production

 

 

Suivi de : HIER LES CENDRES

La guerre étend son empreinte à tous les paysages, jusqu’aux plus intimes. Un jour la question survient : comment et pourquoi raconter la guerre ?

A l’heure où les témoins disparaissent, un nouveau champ de bataille apparaît : celui du récit et de sa transmission.

Les lieux de mémoire, de plus en plus innovants et accessibles à tous, remettent en scène ce passé pour, dit-on, éviter les conflits du futur. A travers eux se révèle une véritable "génération mémorielle", composée d’anonymes passionnés et engagés qui, faisant face à l’oubli, au déni et à leurs différences d’opinions, affrontent les traumatismes de notre histoire pour mieux la léguer.

A l’heure de la résurgence des discours identitaires et nationalistes qui puisent largement dans les fonds historiques pour se légitimer, à l’heure des célébrations mémorielles incessantes, à l’heure également de l’émergence d’outils de communication aptes à distribuer des récits personnalisés à chaque citoyen, il me semblait important d’interroger le processus de la mémoire collective : quelle histoire se rappellera à nous dans 50 ans, dans 500 ans, dans 5000 ans ? Qu’allons-nous léguer de notre passé, quels récits allons-nous transmettre ?

"Oublier le passé, c’est se condamner à le répéter". Fort de cette antienne, nous avons fait de cette mémoire une valeur essentielle de notre temps, un droit, un devoir. Mais comment se construit-elle et quelle est sa fonction véritable ?

Notre mémoire collective est avant tout un espace imaginaire, un objet qui ne se filmera qu’à travers ses représentations. Les "lieux de mémoire" incarnent ce regard sur le passé à travers leur mise en scène de l’histoire.

Ces lieux symboliques, à défaut de tous nous rassembler, nous ressemblent. Y compris, parfois, jusque dans nos contradictions.

 

HIER LES CENDRES Crédit Pyramide Production

 

 


 

A voir et à revoir sur grandest.france3.fr