Temps fort

Télécharger la version PDF
INVESTIGATIÔNS

LA CROISIÈRE ABUSE

  • Documentaire

  • INÉDIT

  • Mercredi 18 décembre à 20.55

LA CROISIÈRE ABUSE

Fortes d’un succès qui ne se dément pas, les croisières imposent leurs règles dans l’espace caribéen, qui reste la première destination de ce type de tourisme. Des Bahamas aux Antilles françaises, ces compagnies surpuissantes dictent leur loi à des États insulaires à l’économie fragile, et polluent air et mer sans être jamais, ou presque, inquiétées.

Le succès des croisières ne se dément pas : en 2019 un nouveau record a été battu. Trente millions de passagers ont choisi ce type de vacances, soit 6 % de plus qu’en 2018. L’espace caribéen concentre à lui seul deux tiers de cette industrie. Dans ces îles fortement dépendantes du tourisme, les compagnies de croisières règnent en maître. Battant pavillon de complaisance qui leur permet de déroger à toutes les législations en matière de travail ou de protection de l’environnement.

 

La croisière abuse

 

Elles imposent leurs règles et font jouer la concurrence entre les États pour obtenir toujours plus. Elles acquièrent des ports, mais aussi des îles ou des plages pour y faire débarquer leurs passagers et amasser les profits, puisque chaque centime dépensé leur revient directement. Face à ces superpuissances, les petits États de la Caraïbe aux économies fragiles ont du mal à se faire entendre et à faire respecter les règles internationales en matière de protection de l’environnement. C’est pourtant une région durement affectée par le réchauffement climatique, comme en témoigne la violence des ouragans tels Irma ou Dorian. Des Bahamas, l’une des principales destinations des bateaux de croisière, à la Martinique, le constat est accablant et les moyens pour lutter contre ces superpuissances bien dérisoires…