Temps fort

Télécharger la version PDF
Nouveauté

Alexandra Ehle

  • Fiction

  • Inédit

  • mardi 27 mars 2018 à 20.55

ALEXANDRA EHLE

Pour le commun des mortels, un médecin légiste possède un mental d’acier et une méthodologie bien arrêtée. Ce serait bien mal connaître Alexandra Ehle, dont la fantaisie et la liberté l’amènent à réaliser à sa guise ses autopsies comme ses propres enquêtes ! Rencontre avec la comédienne Julie Depardieu qui incarne avec grâce Alexandra.

J’imagine que c’est un univers que vous avez découvert ?

Tout à fait !  Je me suis dit : « Puisque tu n’y connais rien, essayons ! » J’ai commencé à travailler le rôle, et puis nous avons eu la chance d’avoir un médecin légiste sur le tournage. Je m’en suis alors donné à cœur joie. Je n’arrêtais pas de lui poser des questions. Tout me paraissait nouveau, l’atmosphère, le vocabulaire, et surtout la façon d’ausculter les corps, je ne m’étais jamais penchée dessus !

 

Qu’est-ce que vous aimez chez Alexandra ?

Le personnage m’a plu d’emblée. Son originalité, sa fantaisie, son sens de l’observation. Alexandra est très éloignée des médecins légistes sinistres et disciplinés, exhibés dans certaines séries policières américaines. Elle adore désobéir, et surtout elle a beaucoup de conviction. Elle est guidée par une sorte de foi qui la porte à vouloir comprendre la victime, à lui rendre son intégrité physique. Je suis tout à fait d’accord avec elle lorsqu’elle affirme : « le corps dit toujours la vérité ». Dans la vie, j’aime aussi regarder la posture des gens, la qualité de leur peau, leur physique. Tous ces éléments en disent beaucoup sur la personnalité de chacun.

 

Tourner dans un institut médico-légal, est-ce facile ?

Dès le début du tournage, je me suis sentie à l’aise alors que je suis quelqu’un qui doute habituellement. C’est en grande partie grâce à Nicolas Guicheteau, le réalisateur du film. C’est un homme extraordinaire. Il m’aurait proposé d’être marchande de fleurs, j’aurais accepté pareil ! Pour être honnête,  j’étais quand même inquiète de côtoyer des asticots ! J’ai fait un effort avec les vers de terre, car j’adore jardiner, mais les petits asticots, c’est atroce, c’est vraiment ma phobie…

 

Un petit mot sur vos partenaires masculins ?

Je ne connaissais pas Xavier Guelfi qui incarne le jeune Théo, mon binôme, et j’avais croisé Bernard Yerlès (alias Antoine, le commandant de police judiciaire) il y a une bonne vingtaine d’années. Mais j’ai eu le sentiment qu’on était tous très connectés et proches les uns des autres. Étant incapable de porter un jugement sur mes partenaires durant un tournage, j’ai véritablement découvert leurs prestations en visionnant le film : bluffant !

 

Propos recueillis par Béatrice Dupas-Cantet