Dossier de presse
Télécharger la version PDF

Mai 68 sur France 3 Paris Île-de-France

Manifestations mai 68

Parce que Paris et sa proche banlieue ont été les témoins des plus grandes manifestations, symbolisant ainsi le berceau de Mai 68, l’antenne de France 3 Paris Île-de-France met en place un dispositif exceptionnel pour commémorer le cinquantième anniversaire de ces événements qui bouleversèrent en profondeur la société. 

Le Triangle de Mai – Série documentaire inédite

Nanterre, les Beaux-Arts, la Sorbonne... Cinquante ans après, Le Triangle de Mai revient en trois films sur les lieux emblématiques des révoltes étudiantes de Mai 68. Préférant les chemins de traverse aux routes balisées, entre archives et témoignages, Le Triangle de Mai nous fait revivre les événements au jour le jour, les combats et les espoirs de l'époque, tandis que les étudiants d'aujourd'hui nous disent ce qu'il reste de l'esprit de Mai 68.

Le Triangle de Mai – Nanterre
Lundi 16 avril à 23.40

Pour comprendre les émeutes du quartier latin de Mai 68, il faut remonter la piste jusqu'à Nanterre. C'est de là qu'un nuage de révoltes, porté par un vent d’Ouest, descendra doucement sur Paris. La faculté de Nanterre, ce sont quelques cubes de béton bâtis à la hâte au milieu des bidonvilles pour accueillir une nouvelle génération d'étudiants toujours plus nombreux. C'est là que se concentrent les frustrations et les revendications de la jeunesse, entre agitation politique et aspiration à plus de liberté. Déclenchée par quelques incidents sur le campus, la grogne va bientôt gagner tout le pays…

Avec les témoignages de Françoise de Panafieu, Blandine Kriegel, Jean-Pierre Duteuil, Philippe Meyer, Serge July, Dan Franck, Henri Weber...


Le Triangle de Mai — Les Beaux-Arts
Lundi 23 avril à 23.40

Durant Mai 68, l'école des Beaux-Arts de Paris a mis la révolte en affiches. Des images et des slogans qui sont devenus les icônes du mouvement. En cette fin des années 1960, l’école des Beaux-Arts est une institution poussiéreuse et conservatrice. On y passe des années à apprendre un art académique sous la férule de vieux maîtres. Si une contestation sourde traverse l'école depuis quelques années, ce sont les événements de mai qui vont tout déclencher. Étudiants, artistes et intellectuels vont s'embarquer dans une aventure humaine unique : l'occupation de l'école pendant quarante-six jours et la mise en place d'une vie communautaire avec sa cantine, sa crèche et ses tours de garde. Chaque nuit, dans « l'atelier populaire », se créent collectivement des affiches emblématiques qui vont se répandre dans Paris et marquer les imaginations jusqu’à aujourd'hui.

Avec les témoignages de Roland Castro, Julio Le Parc, Norbert Chautard, Bruno Queysanne, Bernard Rancillac, Anne-Marie Garcia, Emmanuel Schwartz...


Le Triangle de Mai – La Sorbonne
Lundi 30 avril à 23.40

Avec la Sorbonne, c'est la chronique de ce fameux mois de mai racontée du point de vue de la vénérable université parisienne. Un récit au jour le jour dans une chronologie serrée. Les faits, rien que les faits : de l'évacuation par la police le 3 mai en passant par l'occupation des bâtiments du 13 mai au 23 juin. C'est le mai de la Sorbonne vécu depuis l’intérieur de l’université, tandis que la paralysie s'étend peu à peu à tout le pays. Mai 68 vu par le petit bout de cette lorgnette-là, avec les souvenirs de ceux qui ont écrit cette page d'histoire. Et en connexion avec notre époque, des étudiants d'aujourd'hui nous livrent leur vision de ce mois de mai, vieux d'un demi-siècle.

Avec Alain Krivine, Patrick Fillioud, Hervé Chabalier, Bernard Guetta, Marc Kravetz, Brice Lalonde, Jean-Marcel Bouguereau, Marie-Élisabeth Allainmat, Jean-Pierre Duteuil, Henri Weber...

  • Affiche « Sois jeune et tais-toi »

    Affiche Sois jeune et tais toi
  • La Sorbonne : assemblée générale

    Assemblée générale
  • Affichage sur murs

    affichage sur murs
  • Affiche

    Affiche nous sommes le pouvoir
  • Création d'affiches en 68

    Affichage

Le mercredi 2 mai après le Soir/3

Le magazine d'enquêtes de la rédaction propose un numéro spécial Mai 68 avec deux enquêtes inédites, l’une construite à partir de témoignages, l'autre consacrée au quartier latin.

Enquêtes de région

Mai 68, nouveaux regards
Une enquête de Fernando Malverde et Nedim Loncarevic – 26 min

Cinquante ans après Mai 68, qu'en reste-t-il ? Les récits de quelques vedettes et leur évolution politique ont souvent occulté d'autres mémoires plus anonymes. On a oublié dans quel contexte a surgi la crise de mai / juin 68. Les barricades du quartier latin semblent avoir relégué à l’arrière-plan la plus grande grève ouvrière de l’histoire du pays. Portraits croisés de Dominique Tabah, étudiant à la cité universitaire de Nanterre, de Marc Jannot, postier devenu militant maoïste, d'Aimé Halbeher, qui dirigeait la CGT à Renault Billancourt, et de Michel Anfrol, journaliste à l'ORTF et non gréviste par fidélité au général de Gaulle. Avec eux, de jeunes historiens nous aideront à revisiter le regard sur un événement devenu, aujourd'hui, mythique.

 

Le Quartier latin
Une enquête de Geneviève Faure et Nedim Loncarevic – 13 min

En mai 1968, le quartier latin fut le théâtre de la plus grande révolte étudiante du XXe siècle. De la Sorbonne occupée à la nuit des barricades du 10 mai, la violence des confrontations entre étudiants et forces de l'ordre a surpris tout le monde. Les deux premières semaines de mai, le théâtre de l'Odéon, l'école des Beaux-Arts, le boulevard Saint-Michel ou encore la rue Saint-Jacques sont devenus le cœur battant de cette époque. Alain Krivine était l'un des leaders du mouvement. Il nous livrera ses souvenirs de l'époque. Un ancien de France-Soir, Jacques Boissay, évoquera également ces moments inoubliables dans sa carrière de photojournaliste. Ses clichés ont fait la une du célèbre quotidien – qui tirait à l'époque près d'un million d'exemplaires –, et lui-même fut blessé par un pavé. De nombreux films et photographies d’archives illustreront ce récit.

 

Fiche technique

Magazine d’information – 52 min
Présenté par Yannick Le Gall
Rédacteur en chef : Jean-Claude Desjacques
Produit par France 3 Paris Île-de-France