Temps fort

Télécharger la version PDF

Jeux Olympiques d'hiver

PyeongChang – Du 9 au 25 février 2018

  • Cérémonie d'ouverture

  • Vendredi 9 février 2018 à partir de 12.00

JO PYEONGCHANG 2018

Du 9 au 25 février, vivez à l’heure des Jeux de PyeongChang 2018 ! Avec près de 300 heures d’antenne sur France 2, France 3, France 4 et, en parallèle, sur les 1ère, France Télévisions offre une couverture exceptionnelle de cet événement planétaire, à commencer par la cérémonie d’ouverture le 9 février, retransmise en direct du stade olympique de PyeongChang. Alexandre Boyon et Alexandre Pasteur, qui seront au micro, nous en présentent les temps forts.

DR


Que représente pour vous cette cérémonie ?
Alexandre Boyon : C’est toujours le lancement très symbolique des Jeux olympiques, avec ses rituels marquants : l’allumage de la flamme, le passage des délégations et la possibilité, après Séoul en 1988, de redécouvrir le pays qui accueille cette nouvelle olympiade, la Corée du Sud. Enfin, cette cérémonie donne lieu en général à un spectacle de toute beauté, dont nous pouvons, en tant que commentateurs, suivre la dernière répétition la veille.

Alexandre Pasteur : Oui, pour moi aussi, le premier temps fort de la cérémonie sera le défilé des nations. Puis sa dimension géopolitique très forte : la Corée du Nord va-t-elle envoyer une délégation ? Si oui, quelle sera l’attitude du public sud-coréen ? J’attends également avec impatience la partie spectacle avec les nombreux tableaux qui évoqueront l’histoire et la culture sud-coréenne. Et surtout la partie finale avec l’allumage de la vasque olympique dont la flamme va illuminer le ciel de PyeongChang durant deux belles semaines.

Comment vous préparez-vous à ce marathon télévisuel ?
A. B. : Le secret, c’est le travail, le travail, le travail ! Nous allons guetter le dernier porteur de la flamme, les discours et, dans le contexte actuel, les messages portés notamment par les délégations d’apatride. Il y aura aussi les délégations singulières, comme celle du Nigeria qui brille habituellement en athlétisme et qui présente pour la première fois une équipe de bobsleigh féminin. On se renseigne enfin sur tous les porte-drapeaux qui sont des athlètes choisis soit pour leurs performances, soit pour leurs comportements exemplaires. Parfois, ils ont ces deux qualités, comme notre porte-drapeau Martin Fourcade, double champion olympique en titre du biathlon et athlète engagé dans la défense des valeurs du sport.

A. P. : Oui, on a tous hâte de découvrir l’entrée dans le stade de l’équipe de France olympique derrière son porte-drapeau Martin Fourcade. Sinon, question préparation, pour moi, la difficulté est de bien décrire les tableaux historiques et culturels afin de faire découvrir aux Français les principales facettes d’un pays méconnu. Nous aurons pour cela le soutien de Martine Prost, Française d’origine, mariée à un Coréen. Maître de conférence et ancienne directrice de l’Institut d’études coréennes au Collège de France, elle connaît parfaitement le pays. Pour la partie sportive et protocolaire, nous avons, je pense, suffisamment de background avec Alexandre Boyon pour tenir convenablement l’antenne durant trois heures. Et ce long temps d’antenne nous permettra aussi de vendre le dispositif remarquable de France Télévisions durant ces 16 jours de compétitions, les retransmissions, les consultants, les magazines…

Avez-vous des épreuves ou des athlètes fétiches que vous suivrez plus particulièrement ?
A. P.
 : Les Jeux sont, pour tous les athlètes, un rêve et surtout l’accomplissement de quatre années de travail. En ski alpin, discipline que je commenterai, je suivrai avec attention deux skieurs qui peuvent écrire l’histoire de leur sport : l’Autrichien Marcel Hirscher et l’Américaine Mikaela Shiffrin. Hirscher a gagné tous les titres, que ce soit en Coupe du monde ou aux Championnats du monde, mais il n’a jamais été champion olympique. S’il décroche une ou plusieurs médailles d’or aux JO, il pourra être considéré comme le plus grand skieur de tous les temps. Et son exceptionnel début de saison laisse à penser qu’il sera l’un des grands acteurs de ces Jeux olympiques. Mikaela Shiffrin n’a que 22 ans mais elle domine le circuit féminin de manière indécente. Championne olympique de slalom en titre, elle aussi devrait dominer les épreuves alpines et s’installer un peu plus dans la légende de son sport.

A. B. : Pour les épreuves, le short-track, qui sera aussi passionnant que spectaculaire. Pour les Sud-Coréens, ce patinage de vitesse sur courte piste est vraiment le sport d’hiver numéro un. Il y aura une ambiance de feu ! Et puis le hockey sur glace avec de beaux affrontements en perspective entre la Russie, le Canada et les États-Unis.

Quels espoirs de médailles ?
A. P. : Ils sont nombreux pour l’équipe de France olympique, avec des leaders emblématiques dans toutes les disciplines. Martin Fourcade en biathlon, Tessa Worley et Alexis Pinturault en ski alpin, Pierre Vaultier et Chloé Trespeuch en snowboard, Perrine Laffont en ski de bosses, Jean-Frédéric Chapuis en ski cross, Tess Ledeux en slopestyle, Maurice Manificat en ski de fond, Marie Martinod et Kevin Rolland en half-pipe… Le grand public ne s’en rend pas bien compte mais les sports de neige connaissent un âge d’or en France grâce à ces champions confirmés. Le record de quinze médailles établi il y a quatre ans à Sochi sera, j’en suis certain, battu à PyeongChang.

A. B. : Tout fait d’accord avec Alexandre. J’ajouterai, en patinage artistique, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron. Enfin, nous aurons aussi de belles chances de médailles en ski alpin et en ski de fond aux Paralympiques. J’aurai d’ailleurs la chance de commenter aussi la cérémonie d’ouverture le 9 mars.

 

Propos recueillis par Béatrice Dupas-Cantet