Communiqué du 30 décembre 2019

Télécharger la version PDF
LÉGIONNAIRES

INFRAROUGE PRÉSENTÉ PAR MARIE DRUCKER

Légionnaires

Mardi 21 janvier 2020 à 23.00

france 2

INFRAROUGE

La Légion étrangère, corps d’armée unique au monde composé à 89% d’étrangers, admirée par certains, décriée par d’autres, nous ouvre les portes de la caserne du 2ème Régiment Etranger d’Infanterie et nous invite à une rencontre intime et poignante, avec ces hommes qui ont accepté de partager leurs passés, leurs craintes, leurs espoirs, les légionnaires.


Synopsis :

 

Légionnaires est un film documentaire sur les légionnaires et non sur la Légion étrangère. Ce n'est pas l'institution qui est ici traitée mais les hommes qui la composent.

Nombreux sont les documents qui montrent ces soldats d'élite en train de sauter, de ramper, de s'entraîner en Guyane ou ailleurs. Peu, voire aucun ne les montre dans des moments de calme, de recul. Ce film s'est précisément construit sur la parole de ces soldats étrangers, effaçant volontairement celle des officiers français. Les légionnaires racontent ainsi leur histoire souvent cabossée. Ils sont pudiques, graves, drôles...

Il a fallu près de trois mois de repérages prolongés par six mois de tournage pour obtenir leur confiance. À travers le portrait de six d'entre eux, le film Légionnaires d'Olivier Bauer et Jean-Christophe Victor tente sobrement de répondre à ces quelques questions : qui sont ces hommes arrivés des quatre coins du monde et venus se battre pour un pays qui n'est pas le leur ? Pourquoi sont-ils venus ? À quoi a ressemblé leur voyage jusqu'aux portes d'Aubagne, le siège de la Légion ? Que sont-ils venus y chercher ? Qu'y ont-ils trouvé ?

Leurs réponses sont dans le film qui suit... 

 

 

Quartier impopulaire

 

 

Note d'intention d'Olivier Bauer et Jean-Christophe Victor

 

 

Légionnaires révèle les engagés volontaires qui composent la Légion étrangère. Pour la première fois, un documentaire donne la parole à ces hommes venus former ce corps d’élite, unique au monde. Témoins des vicissitudes contemporaines de notre monde, personnages au passé mystérieux, ils ont tout quitté pour vivre « l’aventure », se mettre au service des valeurs et des intérêts de la France jusqu’au « péril de leur vie », comme le stipule l’article 6 du Code d’honneur du légionnaire. À travers ce film, notre intention est de découvrir une Légion à hauteur d’hommes, dans une sorte de « corps à corps » entre l’individu et l’institution qu’il sert. En s’engageant, les légionnaires renoncent non seulement à leur passé, à leur patrie, mais aussi à leur identité pour pouvoir rejoindre les rangs de la Légion.

En prenant le parti de suivre des légionnaires loin des combats, au cœur de la caserne du 2e Régiment Etranger d’Infanterie (REI) de Nîmes, l’un des plus importants régiments de la Légion, ils nous ouvrent les portes de leur chambrée, de leur intimité. Une intimité rare, porte d’entrée de leur fragilité. Cette fragilité qu’on ne voit habituellement pas, qui est tue, cachée sous le treillis ou l’uniforme de parade. Ces hommes surentraînés ne s’expriment jamais devant les caméras, ils disent encore moins ce qu’ils sont. Un véritable paradoxe. C’est cette humanité enfouie qui nous intéresse et que nous sommes venus chercher.

Les képis blancs renoncent aussi à la quasi-totalité de leurs droits pour se soumettre à un paternalisme de tous les instants. Dépendants de leur hiérarchie 24h/24, il est impossible pour ces hommes d’entreprendre sans l’autorisation discrétionnaire de leurs supérieurs l’achat d’un véhicule, la location d’un logement ou même un mariage. L’accès au téléphone ou à tout autre mode de communication est également extrêmement restreint. Les légionnaires sont isolés pour être en complète immersion au sein de l’institution qu’ils ont décidé de rejoindre.

S’ils ne se conforment pas totalement à ces règles, la Légion peut expulser à tout moment les étrangers du territoire national via le certificat de bonne conduite. Confrontés à ce règlement extrêmement restrictif, des centaines de volontaires désertent la Légion chaque année. Paradoxalement, de nombreuses personnalités ayant marqué leur temps ont émergé de la Légion, tels l’académicien Blaise Cendrars, l’écrivain Ernst Jünger, le jazzman Cole Porter.

Ce cadre serait-il propice à l’émergence de personnalités fortes ? Que viennent chercher ces hommes à la Légion ? Qu’y trouvent-ils ? Pourquoi certains font carrière quand d’autres désertent? Comment la Légion arrive-t-elle – ou pas – à être vecteur d’intégration ? Soldats de rang et sous-officiers ont accepté de livrer leurs histoires et leur perception de l’institution.

Olivier Bauer et Jean-Christophe Victor ont choisi de centrer leur récit sur six hommes, qui viennent éclairer les différents enjeux de la carrière de légionnaire, de la perte d’identité à l’intégration en passant par la naturalisation jusqu’à l’éloignement des siens, le retour à la vie civile et la retraite. Autant de thèmes qui, loin d’être propres à la Légion, font débat au sein de notre société. À travers leurs récits, ces légionnaires questionnent également notre rapport à la citoyenneté, à l’identité, à l’immigration et à l’intégration.

Un documentaire hybride, mêlant images et animations. Face à ces personnages qui sont parfois un peu réservés à dévoiler face caméra les côtés sombres de leur histoire, l’animation nous permet de la raconter de manière moins frontale, plus nuancée. La silhouette, le décor monochrome prolongent le mystère. Ce que l’on ne voit pas laisse place à ce que l’on imagine. Une animation très épurée, comme une aquarelle monochrome sur fond blanc qui s’appuie sur des éléments symboliques. Cette animation ne peut exister que par la force du témoignage. C’est la voix off du légionnaire qui déclenche la séquence. C’est elle qui nous emporte.

Légionnaires offre un portrait sensible des hommes qui se cachent derrière ces soldats. Par le biais de la caméra, nous cherchons à détacher le légionnaire de la Légion. L’extirper du groupe pour comprendre, voir qui il est. Aux scènes de groupe, nous apposons des scènes de solitude et de questionnement.... C’est ce décalage entre leur quotidien de soldat, leur vie et leurs réflexions d’homme que nous souhaitons mettre en avant.

 

 

 

F2_RCV