Communiqué du 17 septembre 2019

Télécharger la version PDF
gosses de france

INFRAROUGE PRÉSENTÉ PAR MARIE DRUCKER

Gosses de France

Mardi 8 octobre à 23.25

france 2

INFRAROUGE

En France, un enfant sur cinq est pauvre. Ce sont trois millions de jeunes qui doivent grandir à l’étroit. La pauvreté n’est pas qu’une question d’argent : elle touche aussi à l’éducation, à la santé ou à l’estime de soi. Sofia, Benjamin, Jassim et Brocéliande racontent ces privations multiples. Mais ils crient aussi leur envie d’être, comme les autres, des Gosses de France.

 

Quartier impopulaire

Résumé : 


En France, 3 millions d’enfants vivent sous le seuil de pauvreté. Un jeune sur cinq. Grandir pauvre, c’est grandir à l’étroit dans son logement, dans son corps, dans ses mots. C’est, au plus profond, être atteint dans sa dignité.

Sofia, Benjamin, Jassim et Brocéliande ont entre 13 et 21 ans. Ils ressemblent à nos enfants ou nos petits-enfants, avec les mêmes sourires, les mêmes vannes, et les mêmes rêves.

« À la fin du mois, quand t’ouvres le frigo, y a que de la lumière ! » s’amuse Sofia. À 13 ans, dans son foyer d’ATD Quart Monde, elle semble s’accommoder de tout. Une chose la met en colère : avoir été orientée en classe spécialisée, « alors que je suis comme les autres ! ».

Benjamin, 15 ans, constate qu’il n’est jamais invité aux anniversaires « car il faut toujours acheter des cadeaux. Les autres, c’est ce qui leur crée de l’amitié ».

Jassim, 18 ans, se rebaptise Louis pour draguer les filles quand il sort. Pas simple de venir d’une cité, « quand t’as même pas de quoi offrir un kebab à ta copine ».

Brocéliande fouillait dans les poubelles avec son père. Aujourd’hui elle est orpheline, et en veut à ses parents parce qu’« on n’avait pas de quoi acheter du dentifrice, et que je passais pour une fille sale à l’école ».

 

 Quartier impopulaire

Note d'intention : 

 

Gagner la confiance. Écouter les silences. Mettre les mots. Filmer la pauvreté des enfants demande de filmer à hauteur d’enfant.

Dans Gosses de France, quatre jeunes s’expriment sans détour sur leur condition d’ « enfants pauvres ». Ils ont des formules qui font mouche, des maladresses délicieuses, des fous rires…

Un questionnement aussi direct que bienveillant les montre tels qu’ils sont, dans leur fragilité, leur énergie et leur grâce. Leur vitalité crève l’écran et nous interpelle : quelle attention leur donnons-nous ? Quelle place leur réservons-nous ?

Comment déjouer la fatalité de la reproduction sociale ? Comment éviter que ces gamins ne deviennent les adultes pauvres de demain ? Comment faire s’exprimer au grand jour leurs envies et leurs talents ?

En France, il faut six générations pour briser le cercle de la pauvreté. Le film n’a pas d’autre objet : poser dans toute son urgence la question de ces « Gosses de France ».

 

Biographie Andrea Rawlins-Gaston :

D’origine anglo-chilienne, Andrea Rawlins-Gaston est réalisatrice à l’agence Capa. Elle s’intéresse aux questions qui travaillent la société française en profondeur : le déni de grossesse, l’homoparentalité, l’immigration clandestine... Depuis une dizaine d’années, elle explore des formes de réalisation hybrides, avec notamment les films « manifeste », dont elle a initié le genre pour la case Infrarouge de France 2. Le viol, le harcèlement scolaire ou encore le harcèlement sexuel au travail ont ainsi fait l’objet de ces dispositifs-événements. Avec Gosses de France, Andrea Rawlins-Gaston donne parole et visibilité aux enfants et aux ados vivant sous le seuil de pauvreté.