instruments de musique

Interview de Didier Martin

Didier Martin, président des Victoires de la Musique Classique

 

« Cette année, les Victoires veulent rendre hommage à tous les musiciens »

 

 

 

 

Les Victoires de la Musique Classique reviennent chaque année comme un événement festif – comment l’appréhendez-vous dans ce contexte en suspens ?

 

Depuis 1994, les Victoires de la musique classique célèbrent les douze mois passés en récompensant les artistes qui les ont marqués. 2020 a été une année de crise et de désespoir… alors fallait-il maintenir l’événement ? Oui, évidemment ! Nous souhaitons avant tout rendre hommage aux musiciens et à la profession tout entière pour qui tout s’est arrêté du jour au lendemain.

 

 

La cérémonie sera menée par un nouveau duo décapant !

 

Nous sommes ravis que Stéphane Bern présente les Victoires cette année. Il est un monument national et un grand professionnel qui représente une culture populaire. Je sais qu’il va avoir à cœur d’incarner les valeurs des Victoires : la vie musicale française dans toute sa diversité, les jeunes talents et l’excellence.

 

Marina Chiche est la nouvelle figure de notre partenaire France Musique. Elle est musicienne et forme avec Stéphane Bern un duo plein de promesse.

 

 

Quelle coloration souhaitez-vous donner à cette émission de grande écoute ?

 

Nous porterons un message de solidarité avec les musiciens et les nouvelles générations en particulier, qui ont été très touchées par la crise. A cet égard, les Révélations me semblent fondamentales : c’est l’ADN des Victoires et cette année il est encore plus important de mettre sous les projecteurs six jeunes talents, dont deux - une ou un instrumentiste et une chanteuse, car cette année trois sopranos ont été nommées ! - pourront revendiquer le label de « Révélation » des Victoires tout au long de leur carrière. Tous les anciens lauréats disent combien c’est important. J’en profite d’ailleurs pour remercier le CIC, soutien fidèle des Victoires, qui accompagne les révélations tout au long de l’année en organisant des concerts.

 

Habituellement, nous remettons une Victoire d’honneur à un artiste international, mais en cette année si particulière, la Victoire d’honneur sera dédiée aux musiciens et à l’avenir. Nous la remettrons symboliquement à une ou à un élève du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon.

 

 

 

Quels seront les temps forts de la soirée ?

 

Tout d’abord, chaque artiste nommé(e) se produira, principalement avec l’Orchestre National de Lyon sous la direction de Nikolaj Szeps-Znaider. La musique baroque, si dynamique en France, sera aussi à l’honneur grâce à Leonardo Garcia Alarcón et à sa Cappella Mediterranea.

 

Cette cérémonie sera l’occasion de rendre hommage à des musiciens qui nous ont quittés cette année (Gabriel Bacquier, Mady Mesplé, Christiane Eda-Pierre....), l'orchestre et des musiciens invités célèbreront  Ivry Gitlis et Ennio Morricone lors de deux séquences spéciales. 

 

Pour la deuxième année consécutive, nous donnerons la baguette à une cheffe : la jeune vénézuélienne Glass Marcano révélée au concours la Maestra à la Philharmonie de Paris en 2020, dirigera un mouvement d’une symphonie de Tchaïkovsky.

 

Il y aura aussi quelques invités et séquences surprises, en fonction des possibilités de voyage des artistes, dont le duo Michael Spyres - Lawrence Brownlee, ainsi qu’un hommage à Camille Saint-Saëns, mort il y a cent ans, par Alex Vizorek qui a écrit son propre texte sur la musique du Carnaval des Animaux.

 

 

C’est également une compositrice qui sera jouée cette année – une première aux Victoires !

 

La musique dite contemporaine est chaque année à l’honneur avec une Victoire décernée à un compositeur dont une pièce est interprétée l’année suivante ; nous entendrons cette fois-ci l’œuvre d’une compositrice, Camille Pépin. Nous en sommes très heureux, c’est un signal fort qui reflète l’évolution des dernières années !