Vive la politique
Logo France 3
Jeudi 3 novembre à 23h40

Vive la Politique !

Une série documentaire pour observer l’action publique sur les citoyens, en cinéma du réel sans commentaire, ni interview.

#ViveLaPolitique! est radicalement aux côtés de ceux qui portent et construisent l’action publique et au plus près de son exercice sur le terrain.

#ViveLaPolitique! parce que la politique c’est comme la vie… il y a des joies, des peurs, de la colère, des trahisons, des espoirs, des frustrations, des micro-projets, des petites reculades, des stratégies à trois bandes et des défis.

COLLECTIF ViveLaPolitique !

Le Collectif ViveLaPolitique! se situe résolument au coeur des enjeux du quotidien, hors de la communication des machines politiques. En cette période de doute, nous, réalisateurs de documentaires, partons là où se fabrique l’action publique, à sa source, sur le terrain, car nous avons la conviction ancrée que la politique, c’est d’abord la vie ! 

Episode 1 : Le maire et les migrants 

En ces froids mois d’hiver, le petit village de Ferrette, en Alsace, 866 habitants, s’apprête à accueillir 80 demandeurs d’asile sur décision de l’Etat et François Cohandet, le maire divers droite, en appelle à la solidarité des habitants.
C’est sans compter avec l’extrême hostilité d’une partie de la population, soutenue par le propriétaire du château de Ferrette...

Episode 2 : 74% d'abstention

Karine Daniel est prof à Angers, autant dire que cette militante socialiste n’était pas préparée à affronter ce qui l’attendait. À 35 ans et pour la première fois de sa vie, Karine Daniel se présente à une législative partielle dans la 3ème circonscription de Nantes. Il faut remplacer, au pied levé, Jean-Marc Ayrault, devenu ministre des Affaires étrangères. Une élection prévue comme une formalité mais qui se révèlera bien difficile!

Episode 3 : Front de mer 

Cogolin, sa plage, son port… et son maire Front National, élu aux dernières municipales de 2014. Parachuté dans la région, Marc-Étienne Lansade, 45 ans, était promoteur dans une vie antérieure. Installé sur la Côte, il reste promoteur dans l'âme. Monsieur le maire voit grand : le réaménagement de la plage et du port et la construction d’un complexe de luxueuses résidences sur plusieurs centaines d’hectares… pour commencer. Ce sont des millions d’euros d’endettement prévus pour la commune. De quoi déclencher une opposition forte parmi les conseillers municipaux, au sein même de son parti, qui demande la mise sous tutelle de la commune. Une guerre fratricide commence…

Episode 4 : Reste à ta place 

Madjid Messaoudene est conseiller municipal Front de gauche à la mairie de Saint-Denis. Français, beur, laïc, il a été, comme tous, traversé par l’onde de choc des attentats de janvier 2015. Mais en banlieue, où beaucoup ne sont pas allés à la manifestation du 11 janvier, ce n’est pas si simple, et les prises de bec se multiplient.
Ce documentaire a été tourné à Saint-Denis d'automne 2014 au printemps 2015, au plus près des enjeux de la laïcité et de la République.

Episode 5 : La route de la discorde

A 52 ans, Jean-Marc Laffite est maire depuis 15 ans de Labatut Figuières, village des Pyrénées-Atlantiques de 172 habitants. Marc Laffite a un dada, un combat, une obsession : l’état de « ses » routes. Les trous - surtout les trous - les ornières, les caniveaux engorgés… il en voit partout ! Alors tant pis pour la rénovation de la salle des fêtes : avec 10 000 euros du budget municipal, il pourrait réparer 600 mètres de route. Son rêve va enfin devenir réalité ! Ou pas.

Episode 6 : Droit dans ses bottes

27 ans de vie publique, la poignée de main facile et le coeur résolument à droite, le député maire Les Républicains a une obsession, l’islam, et peut-être même les Arabes. Jacques Myard a beaucoup choqué en étant le premier parlementaire français à rendre visite à Bachar el-Assad en 2014. Ce documentaire a été tourné pendant plusieurs semaines, avant et après les attentats de janvier 2015.

  • le collectif
  • Front de mer
  • Reste à ta place
  • La route de la discorde
  • le maire et ses migrants
  • 74% d'abstention