Communiqué du 05 mars 2019

Télécharger la version PDF
es

Envoyé spécial

Jeudi 28 mars 2019 à 21 heures

Information

Envoyé Spécial

Jeudi 28 mars 2019 à 21 heures

 

Quand la justice se trompe
 

Un reportage d’Alice Gauvin, Pauline Juvigny, Elouën Martin et Soline Braun
 

Condamnée à 20 ans de prison pour violences ayant entraîné la mort de sa fille de 5 ans, Cécile Bourgeon, la mère de la petite Fiona vient pourtant de retrouver la liberté… à cause d’une simple erreur de procédure !

A Villefranche-sur-Saône, la famille de Mohamed, assassiné en 2001, désespère, elle, d’obtenir un jour justice : le meurtrier présumé a avoué mais il est libre car des pièces essentielles du dossier ont tout bonnement été perdues !

Dossiers égarés, convocations hors délais, erreurs de date…

A l’heure où magistrats et greffiers dénoncent le manque de moyens matériels et humains de la justice, Envoyé Spécial a enquêté sur ces incroyables dysfonctionnements qui conduisent à la remise en liberté de criminels présumés. 


 

barre séparatrice


Pannes d'ascenseur : la révolte des locataires

Un reportage d’Anaïs Bard, Julien Ababsa et Nils Montel
 

À Noisy-le-Sec, les habitants vivent au rythme des pannes d’ascenseurs : 17 en moyenne chaque année ! Un cauchemar dans une tour de 13 étages… Les familles n’en peuvent plus, les plus âgés sortent de moins en moins par peur de devoir remonter à pied.

À Grenoble, Djawad se bat, lui, depuis dix ans pour faire réparer son ascenseur continuellement bloqué, en vain. Courriers, coups de téléphone… Rien ne change. Les locataires ne se sentent plus en sécurité dans cet ascenseur vétuste, dont les portes se referment sur eux !

Partout en France, souvent dans les logements destinés aux plus modestes, la maintenance des ascenseurs laisse parfois à désirer.

Alors les locataires ont décidé de se révolter : manifestation au pied des immeubles, dénonciation des bailleurs sur les réseaux sociaux, appel aux politiques locaux ! Ils ne veulent plus être les laissés-pour-compte.

 

barre séparatrice


Les oubliés de Kaboul 

Un reportage de Laura Aguirre de Carcer, Alexis Jacquet et Nils Montel


Ils s’appellent Ashraf, Adib ou Basir. Ils sont Afghans et, pendant des mois, ils ont travaillé auprès des soldats français, parfois sur le front, au risque de leur vie. La France a recruté plus de 800 travailleurs afghans pendant son déploiement en Afghanistan : des interprètes, des magasiniers, des ouvriers…

Tous avaient pour rôle d’aider les militaires sur le terrain. Ils les accompagnaient dans leurs missions les plus dangereuses. Mais pour cela, ces Afghans sont aujourd’hui considérés comme des traîtres dans leur propre pays, menacés de mort par les talibans.

Les troupes françaises, elles, se sont retirées. Tous se battent désormais pour obtenir un visa. Mais les procédures sont longues, complexes, souvent vouées à l’échec : ils accusent l’armée de les avoir abandonnés. Pourquoi la France ne rapatrie-t-elle pas tous les Afghans qui ont travaillé pour elle ? A-t-elle failli à les protéger ?


Le sommaire de cette émission peut évoluer en fonction de l'actualité.