Communiqué du 02 mai 2019

Télécharger la version PDF
CINEMA ANTILLAIS, UN CINEMA EN RESISTANCE

CINÉMA ANTILLAIS, UN CINÉMA EN RÉSISTANCE

Jeudi 23 mai 2019 à 21h45

France Ô

Inédit

Dans les années 50, c'est dans les salles de cinéma que les Français de l'Hexagone découvrent les Antilles, ces territoires si éloignés et si mal connus. Le plus souvent, les images vues et les commentaires entendus reflètent les clichés de la mentalité coloniale. Il faudra attendre le court-métrage La montagne est verte de Jean Lehérissey (prix Jean-Vigo en 1951) pour que, pour la première fois, la vérité sur ce pan de l'histoire nationale soit portée à l'écran. 

Ce documentaire raconte l'émergence du cinéma antillais a émergé au cours de ces cinquante dernières années.

Cinéma militant, il s’est battu pour exister, mais il reste injustement peu connu, souvent dans l’ombre du cinéma français. Il compte pourtant de grands films. Notamment Rue Cases-Nègres d'Euzhan Palcy (Lion d'argent et césar de la meilleure première œuvre), Nèg Maron, Aliker, Sucre amer... puis, plus récemment, des comédies comme Antilles sur Seine ou La Première Étoile. Tous embrassent des problématiques majeures de notre temps comme l’héritage colonial, l’identité, le racisme et la représentation des acteurs noirs à l’écran. 

D’une certaine manière, le cinéma antillais tient ses origines des mêmes questionnements et revendications qui ont traversé le cinéma afro-américain des années 1970, surnommé « la blaxploitation »

 

Documentaire disponible sur Francetvpreview