Communiqué du 06 mai 2019

Télécharger la version PDF
MARIE DRUCKER

Entrée en matière

Après Hitler

Lundi 27 mai à 21.00

france 4
Entrée en matière

Après Hitler

Le brevet et le baccalauréat arrivent à grand pas ! Et, pour aider les élèves à préparer leurs examens, France 4 et France.tv éducation, la plateforme éducative gratuite, proposent un nouveau rendez-vous de documentaires, « Entrée en matière », présenté par Marie Drucker chaque lundi à 21 heures. Elle propose aux élèves des clés de lecture pour les aider dans leurs révisions. La Première, la Seconde guerre mondiale, l’après-guerre... seront traitées au fil des semaines.

Ce soir, l'historien Olivier Wieviorka et le réalisateur David Korn-Brzoza plongent le spectateur au cœur de l'Europe de l'après-guerre. De l'euphorie de la victoire en 1945 à l'instauration du rideau de fer en 1949, cinq années qui furent la matrice du second XXe siècle.

Mai 1945. Une terrible guerre s’achève enfin dans les décombres fumants du Reich. Les populations civiles fêtent la victoire. L’heure est à la liesse. Mais la défaite de l’Allemagne nazie n’ouvre pas sur des lendemains qui chantent. L’Europe dévastée doit se reconstruire, panser ses plaies et éliminer les séquelles d’un conflit interminable et barbare, tout en dessinant les contours du futur.
Mais, en 1945, l’Europe est un continent de réfugiés. Des millions d’hommes et de femmes déportés, internés ou soumis au travail forcé, attendent des semaines, voire des mois, le retour dans leur terre natale. Des millions d’Allemands, chassés par les pouvoirs qui s’installent en Hongrie, Pologne et Tchécoslovaquie, se jettent sur les routes ou se retrouvent parqués dans des camps. Des milliers de Juifs survivants refusent de retourner dans leur pays d’origine pour tenter de gagner la Palestine. Des milliers d’orphelins arpentent les cités dévastées. Onze millions de prisonniers de guerre allemands sont internés dans toute l’Europe sans savoir ce qui les attend.

Si, à l’Ouest, les peuples voient leur vie quotidienne se rétablir progressivement sur des bases démocratiques nouvelles, à l’Est, ils craignent qu’un totalitarisme ne chasse l’autre. Car, de Belgrade à Bucarest, de Prague à Budapest, les communistes s’emparent du pouvoir — souvent par le sang. Au national-socialisme se substitue la loi d’airain du stalinisme. L’Europe de l’après-guerre ne connaîtra pas immédiatement la prospérité et la tolérance. Elle ne marchera pas non plus d’un pas uni vers l’harmonie. En cinq brèves années, les sphères d’influences des deux grands alliés d’hier vont recouvrir le continent et le figer pour les cinq décennies suivantes.

Cinq années marquées par des événements fondateurs : la Libération, la création de l’ONU, les procès de Nuremberg, le plan Marshall, le coup de Prague, le discours de Fulton, l’expulsion des minorités allemandes, le changement des frontières, le blocus de Berlin, la division de l’Allemagne... Cinq années pour que le monde, qui espérait une paix durable, se retrouve au bord d’un conflit qui risque à tout moment de le replonger dans l’apocalypse.

Au milieu de la tourmente, entre les décisions des grands – Staline, Truman, Churchill ou de Gaulle –, les peuples, des millions d’êtres anonymes et ordinaires, force motrice de l’histoire, ne seront au fond que les jouets des grandes puissances.