Dossier de presse
Télécharger la version PDF

Johnny Hallyday, La France Rock'n Roll

En DVD, Edition Collector et VOD le 6 juin

johnny

Johnny raconte Hallyday.

Dans « Johnny Hallyday, la France Rock’n Roll », Johnny nous donne son dernier grand entretien, filmé à Los Angeles en avril 2017. Du haut de ses 74 ans, il raconte autour des chansons qui ont jalonné sa vie et sa carrière, cinquante années de concerts, de succès qui ont épousé et rythmé l’histoire de la France et des français. De Laisse les filles à Rester vivant, avec ses 110 millions de disques vendus, Johnny Hallyday s’impose comme un immense artiste : un travailleur infatigable, à la fois anticipant et embrassant l’évolution de la société, avec une intuition et un instinct hors du commun, se renouvelant sans cesse, dans ses chansons comme dans ses spectacles. Tout dans l’oeuvre et la vie de Johnny Hallyday raconte son époque : les années Salut les Copains, la génération yé-yé, les Trente Glorieuses, la drogue et Jimi Hendrix, les voitures et le mythe de James Dean, les copains, Brel, Eddy Mitchell, les femmes, Jean-Luc Godard, l’alcool et le monde de la nuit…

 

3D DVD

 

 

3D coffret

 

3D scopitone

 

Bande-annonce

bande-annonce

Note d'intention*

Du réalisateur

Je travaille sur ce film depuis presque trois ans, cherchant comment raconter, au départ, l’histoire de France depuis l’après-guerre, en chansons. Cette réflexion m’a mené tout naturellement à me focaliser sur Johnny Hallyday, dont les tubes ont bercé ma jeunesse, et qui au final, se révèle être le seul artiste dont les morceaux ont traversé sans mollir cette deuxième moitié du vingtième siècle, et qui encore à l’aube du troisième millénaire, est non seulement un artiste de premier plan, qui rassemble dans ses concerts à 80.000 fans, jusqu’à trois générations différentes, mais aussi une véritable icône qui met tout le pays en émoi à chaque alerte concernant sa santé.

Raconter cette histoire de France en chansons, cela sonnait d’évidence, c’était raconter Johnny Hallyday. Car depuis plus d’un demi-siècle Johnny Hallyday est au sommet. Il a vendu 100 millions de disques. Un tel succès sur la durée, un si grand nombre de d’amateurs, pour ne pas dire de fans, ne peut se construire sur la simple surface des choses, il s’ancre forcément dans quelque chose de plus profond qui résonne avec notre pays.

S’il est de bon aloi de dire «Johnny Hallyday, c’est la France», aucun documentaire n’avait encore été spécifiquement fait sur ce thème. Néanmoins, le « phénomène » Johnny avait déjà été beaucoup visité et étudié, et c’est la raison pour laquelle je tenais absolument à faire ce film sur Johnny avec Hallyday lui-même, afin qu’il se raconte sous ce nouvel éclairage, du haut de ses soixante-dix ans passés. Et ça, Johnny Hallyday ne l’avait jamais vraiment fait, sans doute parce qu’il est trop pudique pour parler de lui-même, trop investi dans le présent pour se tourner vers le passé, trop méfiant à l’égard des grandes théories pour s’y intéresser. Paradoxalement cela me convenait très bien, car nous je ne désirais ni jouer ni les biographes, ni les analystes, ni les nostalgiques.

Une année à écouter toutes les chansons de Johnny Hallyday (plus de mille titres), à choisir celles qui étaient les plus révélatrices de leur époque, à visionner des centaines d’heures d’archives et de concerts pour écrire le projet et… une année à convaincre Johnny Hallyday de participer à l’aventure, lui qui a tant de mal à se livrer. L’arrivée de Daniel Rondeau dans la ronde a achevé de le rassurer, ils se connaissent depuis quarante ans, Daniel Rondeau ayant écrit deux ouvrages sur lui. Il m’a donc aidé à préparer ce tournage à Los Angeles, et a mené l’interview de Johnny Hallyday.

Plus de six mois, enfin, à monter ce film, à rentrer dans la vie de Johnny et des français, à tisser, à raconter à deux voix –celle de Johnny Hallyday et la mienne, portée par Richard Berry- cette histoire incroyable de la rencontre d’un homme « né dans la rue », comme il le chante, avec un peuple. Plus de six mois à trouver le ton juste, et la juste distance entre la fascination et la rigueur historique, et à trouver les mots, et choisir le vocabulaire qui raconte lui aussi une époque, ou plutôt des époques, car les décennies que Johnny a traversé se suivent et ne se ressemblent pas, et c’est ce qui fait de Johnny un artiste à nul autre pareil : il a su à la fois suivre et devancer son époque, avec un flair, un regard, un instinct, un don de soi qui sont la marque de sa générosité, et qui m’ont donné envie, et j’espère arriver à la transmettre, « l’envie d’avoir envie ».

 

* cette note d'intention a été écrite lors de la création du documentaire

Photos

  • photo 1
  • photo 2
  • photo 4
  • photo 5
  • photo 6