Édito

« Ernest et Célestine, la Collection est ce qu’on appelle un sequel : une suite (à partir du film et des albums à succès) qui raconte la vie quotidienne de ces deux marginaux. L’ambition est de faire une série de télévision qui transpose et respecte la délicatesse des dessins des albums de Gabrielle Vincent, mais aussi ceux du film, qui étaient déjà une adaptation intelligente proposée par Benjamin Renner, Seï, Zyk et Marisa. Je tiens à les nommer.

L’équipe des réalisateurs, Jean-Christophe Roger et Julien Chheng, a réussi à conserver, malgré les conditions industrielles de fabrication d’une série TV, la poésie, l’humour décalé et la tendresse rebelle des deux personnages.

Les scénaristes (Jean Regnaud, Agnès Bidaud et toute leur équipe) se sont amusés avec ce duo d’inséparables à la fois anars et pantouflards ; ils ont su jouer avec leur complicité gentiment roublarde. Ils nous font redécouvrir avec délectation, au fil de ces 26 petites chroniques, le magnétisme de ce couple pourtant contre nature (un ours et une souris, pensez donc !).

Bref, les auteurs de cette série nous invitent à retrouver Ernest et Célestine comme on les aime, à nous réjouir avec eux de leur curiosité et de leur gourmandise pour tous les petits bonheurs quotidiens et les aventures impromptues de la vie, même ceux qui piquent les yeux ou qui affolent le cœur.

Prenez le temps de découvrir, comme nous avons pris le temps d’écrire. Et faire prendre le temps, c’est si rare : Ernest et Célestine vous l’offrent, profitez-en ! »

Didier Brunner, producteur de La Collection

Genèse de la collection

La maison d'Ernest et Célestine

 

Après le succès du long-métrage en 2012, Ernest et Célestine, la Collection présente, en 26 épisodes inédits de 13 minutes, les aventures originales et pétillantes d’un gros ours marginal et d’une petite souris malicieuse. Une partie de l’équipe du long-métrage, récompensé par le César du meilleur film d’animation en 2013, a d’ailleurs travaillé sur cette nouvelle production. Plus qu’une série animée à proprement parler, cette Collection s’apparente davantage à des courts-métrages, tant par la qualité de la réalisation que de l’écriture. Précieuse par ses images, originale par ses histoires, elle est en somme tout aussi intemporelle que l’œuvre éponyme de Gabrielle Vincent. La production, Folivari, a tenu à rendre ainsi hommage à l’auteure en conservant la pureté du dessin, les couleurs pastel, douces et chaleureuses de ses livres, ainsi que son message de tolérance et de générosité.

Synopsis

Ernest et Célestine

 

Dans La Collection, les souris résident le plus souvent dans des lieux désertés par les ours, cohabitant dans une ambiance plus ou moins cordiale. Ernest, un gros ours solitaire, clown et musicien, a accueilli chez lui Célestine, une souris orpheline. Ces deux « marginaux » apprennent à vivre ensemble : leur relation unique, acceptée par les membres des deux communautés, est au centre de chaque épisode.

L’éternel bougon et la petite souris optimiste apprennent à surmonter les soucis quotidiens (la honte, les poux ou encore la maladie). Ils s’interrogent sur leurs origines, partagent leur empathie et leur amour des autres. Dessinatrice et auteure de talent, Célestine raconte les aventures qu’elle vit avec son protecteur et ami Ernest dans de petits livres qu’elle illustre. Des histoires qui parlent aux enfants de la vie avec une grande simplicité et une rare justesse.

À travers des personnages attachants, ce dessin animé aborde, avec beaucoup de délicatesse, de profondeur, sans tabou ni lourdeur, des thèmes aussi divers que l’abandon, la différence, l’honnêteté, la générosité ou l’amour.

Un univers apaisant, onirique et surtout attendrissant, qui s’adresse aux parents comme aux enfants à partir de 3 ans.

ERNEST ET CÉLESTINE, LA COLLECTION

Collection librement inspirée de l’œuvre de Gabrielle Vincent parue aux éditions Casterman

Format 26 x 13 min

Réalisation Julien Chheng et Jean-Christophe Roger

Production Folivari et Mélusine, avec la participation de France Télévisions pour France 5

Studio Blue Spirit et Folivari

Producteurs Didier Brunner, Damien Brunner, Stephan Roelants, Bruno Seznec

Voix d’Ernest Xavier Fagnon

Voix de Célestine Pauline Brunner

Scénario Suaëna Airault, Moïra Bérard, Agnès Bidaud, Marine Lachenaud, Valérie Magis, Nils Mathieu, Béatrice Marthouret, Hervé Nadler, Christophe Poujol, Jean Regnaud, Tomoko Hayashi, Jean-Christophe Roger

Musique Vincent Courtois

 

Crédits photo : Collection librement inspirée de l’œuvre de Gabrielle Vincent aux éditions Casterman, réalisation par Julien Chheng et Jean-Christophe Roger, production Folivari / Mélusine, studio Blue Spirit

Une réalisation ambitieuse

Une 3D avec un rendu 2D au service de la sensibilité de l’œuvre

Chaque épisode traite d’un thème propre à l’univers de l’enfance : la créativité, l’inventivité, mais aussi la fantaisie. Il y a de la musique, des chansons — Ernest est musicien, après tout —, mais surtout énormément d’amitié. Que les thèmes soient graves ou légers, chaque histoire sera avant tout une aventure que se partagent nos deux héros et les nombreux personnages créés spécialement pour La Collection.

Ernest et Célestine

La fidélité au dessin de Gabrielle Vincent

Esthétiquement, La Collection reste fidèle à la merveilleuse qualité visuelle des albums originaux, en conservant l’aspect épuré du travail de Gabrielle Vincent. Tous les décors sont réalisés dans un rendu aquarelle aux tons bruns, doux et chaleureux. Avec un trait d’encrage visible mais discret, la lumière est directement appliquée à la mise en couleur. La caméra est essentiellement en vue frontale, avec peu de contre-plongée ou de plongée, et reste fidèle au point de vue du « livre d’illustration ».

Si Ernest et Célestine restent les deux acteurs centraux des épisodes, une douzaine de nouveaux personnages aux silhouettes fortes et expressives ont été créés pour la série. La qualité de l’animation est essentielle pour restituer leur relation et la subtilité de leurs sentiments. Elle est réalisée avec une technique 3D, pour un rendu 2D au plus proche du dessin. Ce mélange 3D-2D rend l’animation précise, fluide et expressive : le cerné 3D des personnages, combiné à un effet d’encrage à la main, renforce l’aspect 2D de l’animation.

Une musique signée Vincent Courtois

Pour raconter l’émotion, la douceur, la comédie et la nostalgie, chaque épisode est accompagné d’une musique originale instrumentale, composée à l’image. Vincent Courtois, compositeur à qui l’on doit déjà la bande-son du film Ernest et Célestine, met de nouveau ses talents au service de La Collection.

Ernest et Célestine sont deux artistes dans l’âme qui se complètent l’un l’autre : quand Célestine dessine ou peint, Ernest prend son accordéon et chante à tue-tête, ce qui fait danser sa chère petite souris. La Collection est caractérisée par une simplicité émouvante du rendu de l’animation et une forte présence de la musique.

Les réalisateurs

Réalisateur, scénariste et story-boarder de films d’animation ayant étudié à l’École nationale supérieure des Arts décoratifs, Jean-Christophe Roger a signé le film Allez raconte ! et plusieurs séries télé telles que La Fée Coquillette, Les Nouvelles Aventures de Lassie, Patates et Dragons, La cuisine est un jeu d’enfants, Belphégor

 

Julien Chheng a travaillé comme animateur de personnages sur les longs-métrages Le Chat du rabbin, Titeuf, le film, Ernest et Célestine, Mune, le gardien de la lune, ainsi que sur MummyLand en tant que concepteur de personnages. Après l’école des Gobelins, il fonde en 2014 le studio La Cachette, basé à Paris et spécialisé en animation traditionnelle 2D. Depuis 2016, Julien réalise avec Jean-Christophe Roger Ernest et Célestine, la Collection, produit par Folivari.

En vidéo

Interviews et Makin of

Les personnages

Ernest et Célestine, ce sont deux caractères fondamentalement différents qui se complètent. Chacun raisonne l’autre, toujours dans le but de le rendre le plus heureux possible.

Ernest

Vivant à l’écart de ses congénères, Ernest gagne sa vie en jouant de l’accordéon ou en faisant le clown dans les rues. De l’accordéon à la contrebasse en passant par le violon, c’est un ours qui a le rythme dans la peau. Qu’il soit très énervé ou très joyeux, ce grand râleur originaire de Charabie s’exprime volontiers dans sa langue maternelle, le « charabiov ». Il surnomme alors Mme Tulipe, sa voisine curieuse et exaspérante, « Mme Tulipof ». C’est aussi un grand cuisinier qui adore les pâtisseries au miel, comme les « charabiettes ». Il récolte d’ailleurs lui-même son miel en prenant le plus grand soin de ses abeilles, qui dansent au rythme de sa musique. Ernest reste cependant 100 % végétarien, car pas question de dévorer les souris !

Célestine

Cette petite orpheline est une souricette généreuse qui n’a pas froid aux yeux : les ours ne lui font pas peur, loin de là ! Toujours optimiste et de bonne humeur, elle adore danser, dessiner, manger de la confiture de mûres préparée par Ernest et passer du temps avec ses amis. Avec Margotine, Mandarine et Mélusine, elle aime écouter les histoires de son ours au grand cœur. C’est aussi une dessinatrice de talent : elle raconte les aventures qu’elle vit avec Ernest dans de petits livres qu’elle illustre. Avide de questions, Célestine est une grande curieuse, ouverte sur le monde qui l’entoure.

Les souris

Les trois sœurs Margotine, Mandarine et Mélusine sont les meilleures amies de Célestine. Cette dernière est souvent la bienvenue dans leur maison, que les ours appellent « Le Moulin hanté », pour de bons goûters. Margotine, la sœur cadette, a gardé son innocence et son âme d’enfant ; Mandarine est la casse-cou, débordante d’imagination ; enfin, Mélusine, l’aînée de la famille, est un peu trouillarde, mais se laisse finalement embarquer dans les aventures de Célestine.

Les ours

Mme Tulipe, la voisine la plus curieuse du quartier, espionne constamment de l’autre côté du mur, chez Ernest et Célestine. Les deux acolytes adorent mener en bateau celle qu’Ernest surnomme « Tulipof de Tulipef » et se font souvent prendre à leur propre jeu.

Boléro, un ours marginal et paresseux, est joyeux, gourmand et musicien comme son meilleur ami Ernest. Il habite dans les bois. Avec Célestine, ils forment un trio infernal !

Dans cette Collection, on croise également Jean-Mich et Jean-Loup, deux gardiens de la paix, dont le léger accent du Sud rappelle les hilarants gendarmes de Saint-Tropez.

  • Ernest et Célestine

    ERNEST ET CELESTINE
  • M. Martin entre Célestine et Ernest

    ERNEST ET CELESTINE
  • Maman Souris entourée de Mélusine, Mandarine et Margotine

    ERNEST ET CELESTINE
  • Souris Verte et Célestine

    ERNEST ET CELESTINE
  • Ernest, Célestine et Boléro

    ERNEST ET CELESTINE
  • Margotine, Mélusine, Mandarine et Célestine

    ERNEST ET CELESTINE
Les premiers épisodes

 

Ernest et ses amis

Épisode 1 : Les Petits Fantômes. En allant cueillir des mûres, Célestine découvre un vieux moulin envahi par le lierre. Ernest prétend que le bâtiment est hanté. Au lieu d’effrayer Célestine, cela aiguise sa curiosité.

Épisode 2 : Le Bouton d’accordéon. Ernest a perdu un bouton de son accordéon. Pour Célestine, c’est sûr, il est chez la Souris Verte, un mystérieux rongeur qui récupère les objets perdus.

Épisode 3 : La Soucoupe volante. Ernest en a assez d’être épié par sa voisine. Pour lui faire passer cette manie, il a l’idée d’une drôle de blague qui met en scène Célestine et Boléro.

Épisode 4 : Les Charabiettes. Ernest ronchonne. Ses abeilles produisent un miel amer, immangeable. Célestine, elle, est ravie : les fleurs de Mme Tulipe n’ont jamais été aussi belles !

Épisode 5 : Le Bal des souris. Les souris préparent leur bal annuel, auquel Célestine est invitée pour la première fois. Ernest est content, mais pas les autres ours, qui voient d’un mauvais œil cette fête de souris…

  • Célestine et Souris Verte

    ERNEST ET CELESTINE
  • Ernest à l’accordéon

    ERNEST ET CELESTINE
  • Danse sur le lac

    ERNEST ET CELESTINE
  • Dans la chambre de Célestine

    ERNEST ET CELESTINE
  • L’heure du dodo

    ERNEST ET CELESTINE
  • La chasse aux fantômes

    ERNEST ET CELESTINE
  • Le goûter chez Ernest

    ERNEST ET CELESTINE
  • Le câlin

    ERNEST ET CELESTINE

Des albums classiques à la novellisation

Parus entre 1981 et 2001, les 26 albums d’Ernest et Célestine racontent la relation singulière entre un ours et une souris, sa fille adoptive. Dans cette série illustrée tout en aquarelle se côtoient les petits bonheurs et grands soucis de la vie courante. Les préoccupations de la tendre enfance (la perte d’un doudou, les caprices, la peur) se mêlent aux sujets plus graves (la maladie, l’adoption, la pauvreté).
Tous les adultes y sont des ours et tous les enfants, des souris. Les personnages inventés par Gabrielle Vincent ont des mains, mais aussi des préoccupations et des émotions « humaines ». À travers le coup de pinceau admirablement maîtrisé de l’artiste, le lecteur ressent toute une palette d’émotions : joie, tristesse, rires, larmes, douceur, tendresse, bonheur…
L’universalité des thèmes (amitié, tolérance, solidarité, abandon, précarité, amour…), l’efficacité des dessins et le dépouillement du texte permettent une lecture à plusieurs vitesses et font d’Ernest et Célestine des histoires accessibles à tous les types de public, jeunes enfants et parents.

Sept albums de novellisation issus de la collection TV verront le jour, édités par Casterman à partir de juin 2017. Ils seront de petit format pour être mieux adaptés aux mains des enfants et retranscriront les aventures d’Ernest et Célestine, la Collection. L’image sera privilégiée au texte pour une immersion totale dans l’univers de la série.