Temps fort

Télécharger la version PDF

Les 33es Victoires de la Musique

  • Divertissement

  • En direct

  • Vendredi 9 février 2018 à 21.00

Eddy de Pretto, Daphné Burki, Fishbach, Gaël Faye, Juliette Armanet, Petit biscuit, Aliose

L'une est présidente des Victoires, l'autre en sera la maîtresse de cérémonie. Natacha Krantz-Gobbi et Daphné Burki reviennent sur cet événement musical au pouvoir émotionnel unique. Explications.

Quelles sont pour vous les missions premières des Victoires ?
La musique et les artistes sont là pour nous faire rêver. Les Victoires de la Musique, c’est une photographie musicale de l’année. Au-delà des récompenses et des consécrations, c'est aussi un moment unique de découverte de nouveaux talents. L'émergence et le développement de nouveaux artistes sont essentiels. Les Victoires, ce sont plus de trois heures de musique non-stop en direct que l’on ne voit nulle part ailleurs, que ce soit en France ou à l'étranger. C’est une vitrine exceptionnelle pour l’exposition de la musique à la télévision, une occasion supplémentaire et prestigieuse de mettre en valeur le travail des artistes et des créateurs.

En quoi rendent-elles l’événement unique ou du moins particulier ?
Aucune autre émission ne ressemble à celle-ci : 100 % live, à 21 heures, avec tous les genres représentés, des esthétiques musicales très différentes, un mélange d’artistes en développement et d’artistes confirmés.

C’est le seul moment de reconnaissance des artistes par leurs pairs et la profession tout entière, un moment de partage, intergénérationnel qui peut rassembler tous les publics. 
Les Victoires ont un pouvoir émotionnel tout à fait unique, avec des valeurs de diversités musicales et même sociales. La musique adoucit les mœurs, crée du lien social et permet de faire partager subtilement son expérience et son ressenti.
Les Victoires ont aujourd’hui 33 ans. C’est devenu un rendez-vous attendu, incontournable pour les artistes et leurs partenaires professionnels. Pour certains d’entre eux, c’est aussi souvent l’unique opportunité d’être vus à la télévision à une heure de grande écoute.
Il y a également la notion de passation, de transmission... Les artistes grandissent : il est d'ailleurs assez fréquent qu’une révélation devienne un artiste confirmé et majeur l’année d’après.

Quelles sont les particularités des Victoires 2018, notamment de la cérémonie ?
La cérémonie se tiendra le 9 février. Ce sont les artistes qui font la soirée, à nous de les mettre en lumière. Pour la première fois, Daphné Burki accompagnera le palmarès avec tout le talent et l’énergie qu’on lui connaît. Cette année, comme pour les précédentes, ce seront aussi, bien entendu, de nouveaux artistes, de nouvelles chansons, de nouveaux univers.
Cette année, nous avons la chance d’avoir un palmarès extrêmement riche et éclectique, au sein duquel la musique urbaine, de plus en plus appréciée des Français, sera particulièrement bien représentée. Les six artistes dans les catégories « Révélations » incarnent bien la diversité des productions aujourd'hui. De la chanson, de l'électro, de l'urbain.
Enfin, Les Victoires 2018 vont avoir un nouvel écrin : La Seine musicale. Ce lieu inédit et symbolique, en forme de vaisseau, sera consacré à toutes les musiques. 

Comment vous y préparez-vous ?
Je m’y prépare comme si je préparais une fête… et un marathon. La priorité pour moi, c’est de permettre à chaque artiste de se produire le plus librement possible et de montrer au public son univers. Si chacun d’entre eux peut exprimer exactement ce qu’il veut, alors le pari est gagné. Tout donner en quatre minutes et en direct, c’est toujours un grand challenge. Nous mettons tout en œuvre pour que les artistes soient en confiance et donnent le meilleur d’eux-mêmes. Se préparer, c’est garantir un cadre et un maximum de souplesse à la fois. Le monde artistique, par essence, est un monde en mouvement qui ne cesse de se remettre en question. L’ambition est de faire de ces Victoires un événement qui s’inscrit dans son époque.

 

Interview de Daphné Burki

C'est la 33e édition des Victoires de la Musique et la première pour vous. À qui ou à quoi avez-vous pensé lorsqu’on vous a proposé d’en devenir la maîtresse de cérémonie ?
J’étais en réalité très touchée. Je me suis immédiatement remémorée ces soirées où l'on était accrochés, entre amis, au poste en attendant les performances des artistes que l’on suivait. J’adorais le suspense du palmarès, j’en transpirais dans mes Converse. C’est une soirée culte !

Les Victoires, c’est à la fois une émission en live et un show. Quel chef d’orchestre serez-vous ?
Je ne mène personne à la baguette ! Et je ne veux pas trop connaître la partition à l’avance, il faudra laisser la place à un peu de surprise !

À quelles surprises peut-on s’attendre ?
On les découvrira ensemble. La cérémonie des Victoires est l’une des plus prestigieuses. Recevoir cette récompense pour un artiste est un moment exceptionnel dans une carrière, il y a un phénomène d'« avant-après » fulgurant. Je compte sur les artistes pour mettre de la prestance et du rock dans cette nuit !

Le direct fait partie de votre ADN. Pour autant, vivez-vous ce marathon télévisuel comme un challenge ?
C’est en effet un saut dans le vide, ce marathon ! Comme un spectacle vivant, Il faut travailler son entrée, tenir la performance. Je n’ai pas pour habitude de m’économiser. Je serai là simplement pour accompagner et remettre les Victoires. Comment vais-je sortir de cette soirée ? On a prévu une remorque !

Enfin, que représentent les Victoires pour la fan de musique que vous êtes ?
Je ne vais pas ouvrir mon placard à archives, vivons ce moment de direct ! Sortons les soieries, les taffetas, les guitares, et accordons les basses ! Vive les Victoires !