Temps fort

Nouveauté

Les Enfants de la télé

  • Divertissement

  • Inédit

  • Dimanche 3 septembre 2017 à 14.20

ON N 'EST PAS COUCHÉ -  STUDIO

Créée en 1994 sur France 2, l'émission culte revient sur la chaîne publique après vingt ans d'absence. Présentée par Laurent Ruquier, Les Enfants de la télé va vous faire vivre ou revivre des moments parlants et marquants de la télévision. Interview.

Que vous inspire cette émission ?
C’est une émission culte que j’adorais regarder, même du temps où elle a démarré sur Antenne 2 avec Arthur et, ensuite, sur TF1. C’est l’occasion de revoir des émissions, des extraits, des passages, qui ont marqué notre enfance ou notre jeunesse. C’est ça qui est chouette.

Pourquoi souhaitiez-vous la présenter ?
Effectivement, je me suis porté candidat parce que, tout simplement, je pense être un enfant de la télé. La télévision est arrivée chez moi en 1963, l’année de ma naissance. On a donc accouché de la télévision en même temps que de moi [Rires] ! Je suis passionné par tous les programmes depuis que je suis gamin et ne suis pas loin d’être incollable sur les noms des présentateurs et des émissions depuis les années 60.

Comment allez-vous définir votre version des Enfants de la télé, une émission qui a plus de vingt ans ?
Nous allons essayer de la moderniser, de suivre l’actualité à travers le prisme de la télévision et des archives télé. C’est en cela que ce sera un peu différent. Le rythme hebdomadaire implique de suivre un peu plus ce qu’il se passe dans l’actualité, à l’inverse d’une émission mensuelle. Le fait aussi que ce ne soit pas un prime, mais une émission diffusée en début d’après-midi nécessite forcément des modifications. Le contenu évoluera en fonction des semaines, de l’actualité et des invités.

De quel type de personnalités la table d’invités idéale se compose-t-elle  ?
Je pense qu’il faut ouvrir à toutes sortes de personnalités, des sportifs, des chanteurs en plus des invités cinéma ou humoristes… Tout le monde qui a été marqué par la télévision.

Pouvez-vous nous parler de vos premiers souvenirs télé ?
Mon tout premier souvenir, c’est Anne-Marie Peysson en tant que speakerine. J’étais fan d’elle, je courais derrière le poste dès qu’elle apparaissait sans vraiment savoir son nom. D’ailleurs, à l’époque, je l’appelais Anne-Marie Poisson, je ne savais pas le prononcer.
En tant que téléspectateur un peu plus averti, j’adorais toutes les émissions de jeux comme Le Francophonissime, Les Jeux de 20 heures et, évidemment, Le Petit Rapporteur. Mais également les émissions d’humour comme La Lorgnette, celles de Pierre Tchernia également, ou encore les shows des Carpentier, particulièrement ceux de Roger Pierre et Jean-Marc Thibault consacrés à l’histoire de France. J’aimais beaucoup les émissions qui divertissaient et faisaient rire.

Quel est votre souvenir le plus marquant à la télévision ?
J’ai été frappé par une émission qu’animait Philippe Bouvard le vendredi soir. Un soir, il recevait Gérard Lenorman et Richard Tison, un trampoliniste français. Ce jour-là, ce dernier a fait une chute spectaculaire. Ça a été très choquant de voir ça, l’émission était en direct. Philippe Bouvard était blême, ainsi que Gérard Lenorman. Cet extrait-là m’a particulièrement marqué.

Comment percevez-vous l’évolution de la télévision, notamment avec l’arrivée des nouveaux médias ?
On ne vit plus la même époque. Mais même si l’utilisation n’est pas la même, beaucoup de gens regardent la télévision via leur tablette, leur ordinateur, peut-être plus de façon ponctuelle et en visionnant certainement que quelques extraits d’un programme entier. Mais, au fond, la télévision reste tout de même présente, il y a juste différentes façons de la regarder.
 

Propos recueillis par Mona Guerre.